| More

 

Plusieurs raisons motivent les palestiniens à aller en Israel ;  meilleur salaire, possibilités d’avancement, reconnaissance, éducation, faire des achats, etc.

Mais qu’est-ce qui motive les dirigeants palestiniens à se soigner en Israel ? Je suis incapable de répondre à cette question.

Cela dit, Saeb Erekat le responsable palestinien des négociations qui a toujours prétendu lutter contre “l’occupation sioniste” attend une greffe pulmonaire en Israel.

Erekat, qui est aussi le secrétaire général du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a une fibrose pulmonaire depuis cinq ans et  son état de santé s’est détérioré. La fibrose pulmonaire cause des cicatrices sur les poumons, qui empêchent les échanges gazeux et bloquent la capacité du corps à absorber l’oxygène.

Erekat, 63 ans, est un pilier du leadership palestinien depuis plus de 20 ans.

Le  n° 2  de l’OLP est inscrit au Centre national des greffes de l’Etat Juif. En Israel l’ordre de priorité de la liste est uniquement déterminé selon des critères médicaux, sans exceptions : les patients ayant le plus besoin d’une greffe sont prioritaires. Meme s’il  n’est pas citoyen du pays, il a le droit de s’inscrire.Dans les cas où aucun patient israélien ne correspond à un organe disponible, il peut être transplanté à quelqu’un qui n’est pas citoyen israélien, si la famille du donneur est d’accord.

Le négociateur en chef palestinien a renoncé à certaines de ses activités ces derniers mois alors qu’il lutte contre la maladie. Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a décidé que son chef des renseignements Majed Faraj remplacerait temporairement Erekat (1). Ce dernier a dit être fier de son peuple :

« Dieu nous a bénis en nous faisant Palestiniens. Nous sommes les soldats de la Palestine », a-t-il dit dans une interview diffusée jeudi à la télévision publique palestinienne.

Il a été diagnostiqué d’une fibrose pulmonaire il y a un an et il a été soumis à une thérapie qui a traité de manière efficace la maladie. Toutefois, ces thérapies ont cessé de faire leur effet il y a plusieurs mois et sa santé s’est depuis détériorée de manière spectaculaire.

Le négociateur en chef de l’AP a reçu un traitement supplémentaire dans un hôpital du centre d’Israël mais les médecins ont averti que son état de santé ne pourrait s’améliorer sans une greffe immédiate.

Erekat a considérablement réduit son activité publique car il a de plus en plus de mal à se déplacer. Il tient rarement de réunions de travail et doit parfois porter un masque à oxygène qui l’aide à respirer.

Les informations sur la santé détériorée d’Erekat surviennent dans un contexte d’inquiétudes similaires concernant la santé d’Abbas. L’an dernier, l’homme de 82  a été lui aussi traité en Israel. Ce séjour a causé la recrudescence des rumeurs sur sa santé, ainsi que les spéculations sur l’identité de son éventuel remplaçant.

Un réalité qui ne paraîtrait pas dans les médias arabes.

Il est regrettable que des bonnes nouvelles, on n’en parle jamais, seulement quand ça va mal.

Les arabes vivant en Israël ont toujours profité d’un accès libre et sans limite aux soins médicaux. Les hôpitaux Israéliens ont toujours débordé de patients arabes, qui souvent ne cessent de louer les médecins et les infirmières pour leurs soins et le traitement médical.

Des centaines de gazaouis sont soignés en Israël chaque mois.Par ailleurs, les frais d’hospitalisation ou d’opérations sont assumés à 90% par le contribuable israélien, seuls 10% étant à la charge de l’Autorité Palestinienne.

De très nombreuses vies d’Arabes palestiniens, notamment d’enfants, ont eu la vie sauvée grâce aux médecins israéliens. Le ministère de la Santé explique qu’Israël s’est engagé à soigner et sauver des vies des Arabes palestiniens.

Quelles que soient les circonstances, la continuité des soins aux malades palestiniens est garantie en Israel.

Des arabes des pays voisins recherchent aussi les soins des hôpitaux israéliens.

Des citoyens d’autres pays n’ayant aucune relation quel qu’elle soit avec Israël se font soigner dans ce pays. D’autres malades proviennent d’Etats arabes ennemis n’entretenant aucun contact diplomatique avec l’Etat d’Israël. Tous ces patients arabes efforcent à être hospitalisés en Israël du fait de la dévotion du personnel médical et du haut niveau des soins intenses qui leur sont prodigués. Et presque tous reviennent dans leurs pays rétablis et en meilleure santé.

Israël qui est un petit  pays s’est montré soucieux à l’égard de la santé de tous  en s’engageant à soigner les arabes.

Souhail Ftouh 

(1) Faraj est connu pour les bonnes relations qu’il entretient avec les responsables diplomatiques des pays occidentaux et arabes même s’il ne parle pas couramment l’anglais comme c’est le cas pour Erekat.

 

Leave a Reply

*