| More

Dans l’enceinte du ministère de l’Agriculture à Beit Dagan, des milliers de fleurs étaient présentées au public pour la première ”journée portes ouvertes” de ce type organisée en Israël.

Une belle performance manifestant l’intérêt du public pour les fleurs, a estimé la ministre de l’Agriculture Orit Noked, qui a promis d’organiser tous les quelques mois de tels évènements pour présenter les résultats de la recherche israélienne en matière de fleurs et de végétaux de jardinage.

Parmi ces fleurs, l’on pouvait admirer quelque 70 sortes d’orchidées dans diverses nuances de couleurs. Cette fleur a été élue ”la plus impressionnante” d’Israël. Deux milles personnes ont afflué sur le site pour cette journée.

L’anémone a été la fleur la plus populaire en Israël en 2011. On retrouve juste derrière, sur la liste des fleurs les plus vendues, les boutons d’or et les nymphéas.

Leader mondial, Israël est le 3ème producteur de roses. Environ 90 pour cent de la production des fleurs en Israël est destinée à l’exportation. Si le jour de la Saint-Valentin, le 14 février, est considéré dans de nombreux pays comme la fête des amoureux et de l’amitié, c’est aussi la Journée Internationale des travailleuses et travailleurs des fleurs. Cette journée est offerte en Israel à celles et ceux qui rendent possible l’exportation de telles beautés.

Les fleurs israéliennes sont aussi exportées à l’occasion de la fête de Noël et les fêtes de fin d’année à environ 5000 tonnes de fleurs, soit environ 125 millions de fleurs. Le haut niveau de cette production ayant été reconnu mondialement, cette production de fleurs est cotée en Bourse.

Selon les données publiées par l’association des horticulteurs, 850 millions de fleurs ont été semées et récoltées en Israël l’an dernier, les ventes se sont montées à 200 millions de shekels en Israël et à 750 millions de shekels à l’étranger.

Des scientifiques israéliens de l’Université Hébraïque de Jérusalem ont réussi recemment à intensifier génétiquement le parfum des fleurs, voire de créer une odeur pour celles qui en sont dépourvues. L’équipe de chercheurs, dirigé par le professeur Alexander Vainstein à multiplier par dix le parfum de certaines fleurs et à leur permettre de diffuser leur odeur jour et nuit, indépendamment de leur rythme naturel d’exhalaison.

La senteur des fleurs dépend en principe de plusieurs paramètres naturels comme l’heure de la journée, l’âge de la plante et les conditions atmosphériques. Cette découverte pourrait avoir plusieurs applications commerciales dans le marché des fleurs coupées, dans l’industrie du parfum intéressée à la reproduction du parfum naturel des fleurs et aussi dans le secteur des fruits et légumes dont l’arôme est un élément important du goût .Cette méthode a été brevetée par Yissum, la société de transfert technologique de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Voilà une belle histoire typique de l’esprit Juif ; c’est admirable et ça démontre l’intelligence lucide du peuple Juif.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*