| More

Après la décision ignominieuse de l’UNESCO de l’adhésion de l’Autorité palestinienne à l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, où elle jouissait jusqu’à présent d’un statut d’observateur, l’ambassadeur d’Israël auprès de l’agence culturelle de l’Onu, Nimrod Barkan, a qualifié le vote de “tragédie pour l’Unesco”.

“Il n’y a pas d’Etat palestinien et, par conséquent, il ne fallait pas en admettre l’adhésion”, a-t-il ajouté. “L’Unesco s’occupe de science, pas de science-fiction, et elle a pourtant accepté aujourd’hui une réalité de l’ordre de la science-fiction.”

Le gouvernement israélien n’a pas tardé à réagir au vote.

Le Forum des huit, ou cabinet restreint israélien, s’est réuni ce mardi 2 novembre 2011 pour débattre de l’adhésion de l’Autorité palestinienne à titre de membre à part entière de l’Unesco.

Alors que le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman a proposé de couper les relations entre Israël et l’agence onusienne pour l’éducation, la science et la culture, d’autres responsables politiques israéliens ont indiqué que l’Etat juif a riposté à cette adhésion en donnant son feu vert à des construction dans des zones dites ”sensibles”.

Le conseil des localités juives de Judée-Samarie a salué la décision du gouvernement d’accélérer la construction de 2000 logements dans le Goush Etzion, à Jérusalem et Maaleh Adoumim, en rétorsion à l’admission de l’Autorité palestinienne à l’Unesco.

”C’est un pas dans le bon sens, aussi bien pour sortir vainqueur de la guerre diplomatique déclarée par l’AP à Israël que pour commencer à revenir, enfin, sur la voie de la construction et de l’accomplissement sioniste”, a-t-il indiqué.

”Israël construira où bon lui semble à Jérusalem”, a réaffirmé mercredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

“Nous construisons à Jérusalem parce que c’est notre droit et notre obligation, ce n’est pas une punition, mais le droit fondamental de notre peuple de construire sa capitale éternelle”, a déclaré Netanyahou devant la Knesset.

Parmi les sanctions imposées par Israël à l’Autorité palestinienne, en mesure de rétorsion suite à l’adhésion des Palestiniens à l’UNESCO, il y’a aissi le gel du transfert des revenus des taxes vers l’Autorité palestinienne. Cela tombe aussi au moment du rapprochement entre le Fatah et le Hamas.

Le Premier ministre israélien avait dit, lors de l’ouverture de la session d’hiver de la Knesset, qu’ « Israël ne resterait pas les bras croisés face à ces démarches de l’AP ».

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*