| More

Israël a commencé à mettre en place un dispositif en vue de l’arrivée massive à partir de dimanche à l’aéroport de Tel-Aviv de militants pro-palestiniens dans le cadre de l’opération “Bienvenue en Palestine”, a indiqué mardi un porte-parole de la police.

Plusieurs associations de soutien aux Palestiniens ont appelé sur internet leurs sympathisants à converger à compter du 15 avril vers l’aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv afin de se rendre ensuite dans les territoires disputés. “Aucune provocation ne sera tolérée.

Comme n’importe quel autre pays le ferait, Israël empêchera l’entrée sur son territoire d’éléments hostiles”, a affirmé le ministre israélien de la Sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch, cité mardi par les médias israéliens. Selon les médias israéliens, Israël estime à quelque 2.500 le nombre de militants pro-palestiniens qui veulent participer à cette opération.

Des centaines de militants anti-israéliens et/ou anti-juifs, accompagné de leurs familles, prévoient de se rendre en Israël .Ils prévoient de passer les douanes de Ben Gourion Airport pour y manifester avec des pancartes « Bienvenue en Palestine ». L’ambassade de France en Israël et le Ministère Français des Affaires Etrangères a déjà demandé aux Français de ne pas prendre part à ces manifestations.

La France « déconseille à ses ressortissants de prendre part à cette initiative, compte tenu des risques de refoulement ou de rétention », a précisé dans une déclaration écrite le porte-parole adjoint du Ministère français des Affaires Etrangères, Romain Nadal, tout en rappelant que la France « est attachée à la liberté de circulation ».

Cette liberté doit pouvoir s’exercer « vers et en Cisjordanie, comme dans le reste des Territoires palestiniens, qui doivent notamment être accessibles aux visiteurs étrangers », a-t-il ajouté. Cependant, « nous rappelons que les autorités israéliennes, seules compétentes en matière d’entrée et de sortie sur le territoire israélien, ont d’ores et déjà indiqué qu’elles ne laisseraient pas y entrer les personnes qu’elles considèrent comme représentant un risque de trouble pour l’ordre public », a souligné Romain Nadal.

En juin 2011 des militants de 22 pays ont tenté d’appareiller de Grèce à bord d’une dizaine de bateaux dans le cadre d’une “flottille de la liberté” transportant de l’aide humanitaire à Gaza, malgré des menaces d’Israël et l’opposition de l’ONU.

L’année dernière, plus de 300 militants ont été empêchés de s’embarquer vers Israël depuis l’étranger. 140 autres ont été expulsés à leur arrivée sur place. Les compagnies aériennes appliquent, en règle général, les demandes des Etats : si un passager est non-désirable dans un Etat, la compagnie a pour obligation de lui payer le voyage de retour dans les meilleurs délais.

J’espere cette année aussi ils feront l’voyage pour rien ces pourritues humaines ! Israël devrait les laisser entrer puis aussitôt débarqué les jeter en prison, exiger de très fortes cautions pour leur expulsion hors du territoire et les interdire à vie du territoire Israélien. Il faut les prendre comme des rats à leur propre piège et leur soutirer un maximum de pognon pour se dédommager de leur agression, ces gens ne sont pas des pacifistes mais des mange-merdes.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*