Israël va présenter au salon du Bourget, en France, Le premier Avion électrique dans le monde


Alice, un avion électrique régional doté de batteries haute densité, sera capable de voler sur des itinéraires populaires tels que Londres-Paris-Berlin.
 
—————————————————–
Près de 116 ans après le premier vol motorisé des frères Wright, une start-up israélienne présente Alice, un prototype de jet privé entièrement électrique conçu par la start-up Eviation Aircraft. Il sera présenté au salon du Bourget. La start-up israélienne ambitionne de livrer les premiers exemplaires de son jet électrique à l’horizon 2022

Un jet privé 100% électrique capable de transporter 10 passagers sur près de mille kilomètres. Voici les caractéristiques d’« Alice », l’appareil développé par une start-up Israélienne et dont le prototype est présenté au Salon du Bourget du 16 au 23 juin 2019. La petite entreprise compte aller très vite : elle prévoit ses premiers vols commerciaux pour 2022.

Le prototype d’Alice, premier avion électrique à passagers, sera présenté au salon du Bourget du 16 au 23 juin 2019. Elle est conçue par la Start up israélienne, Eviation Aircraft dirigée par Aviv Tzidon et Omer Bar Yohay.

Le vol d’essai aura lieu après le salon, aux USA, et l’entrée en service du nouvel avion électrique en 2022 pour des vols régionaux ou vers les îles.

Alice, est un jet d’une douzaine de mètres pouvant accueillir une petite dizaine de passagers.

Alice, petite merveille de technologie, sera une des stars du salon aux côtés du Soukhoï SU 57. L’avion électrique aura une autonomie de 800 km et volera à la vitesse de 460 km/h, propulsé par des moteurs électriques alimentés par des batteries d’un nouveau concept… Ce prototype a des ailes fabriquées à Singapour,l’empennage fabriqué en Angleterre et des moteurs fabriqués en Allemagne.

Tous les acteurs du secteur de la mobilité sont touchés par le phénomène d’électrification de leurs engins à l’image de BMW et de son scooter électrique Concept Link ou de Toyota et de son bateau hybride Ponam 28V. La start-up israélienne EViation Aircraft n’est pas en reste avec son nouveau concept d’avion électrique baptisé Alice.

L’« Alice » va devoir remporter des prouesses technologiques monumentales pour concilier l’aviation et l’électrique. Imaginez-vous à bord de cet avion, perçant les nuages dans un silence déconcertant et filant dans les cieux immaculés sans y laisser de trace. Fini le kérosène, fini le bruit.

Coûts d’exploitation en vol insignifiants

Selon les ingénieurs, fondateurs et dirigeants d’EViation Omer Bar-Yohay et Aviv Tzidon, le coût d’exploitation en vol de l’Alice serait de seulement 0,10 dollars par mile (1,6 km), contre environ 2$ pour le Cessna Citation Mustang.

« Imaginez pouvoir voyager à-la-demande depuis l’aérodrome le plus proche au prix d’un billet de train » se vante alors le constructeur. De très faibles coûts d’opération qui auraient déjà intéressé quelques compagnies et fournisseurs de mobilité comme Uber.

« À un moment où nous sommes plus connectés que jamais, nos options de mobilité doivent s’adapter pour refléter cet avenir nouveau et efficace » a déclaré Omer Bar-Yohay, PDG d’EViation Aircraft.

L’objectif étant de « faire de l’aviation électrique une réponse rapide, compétitive et propre à la mobilité à la demande des personnes », le coût d’exploitation en vol de l’Alice sera donc moindre qu’un avion à motorisation conventionnelle.

Selon Omer Bar-Yohay, ce coût devrait être de seulement 0,10 dollar par mile (1,6 km), contre environ 2 dollars pour le Cessna Citation Mustang, soit l’équivalent d’un « billet de train ».

Comme les frères Wright au début du siècle dernier, EViation est partie d’une feuille blanche pour développer son premier modèle 

 

Eviation est soutenu par le programme de mobilité à-la-demande de la NASA et les comités sur l’aviation électrique du spécialiste de l’aviation d’affaire GAMA et de l’autorité de régulation aérienne Américaine FAA. Le prototype est visible jusqu’au 25 juin au stand A8 du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace au Bourget.

Un pack de batteries lithium-aluminum de 980 kWh

L’Alice embarque 980 kWh de batteries « lithium-aluminium-fusion » et trois moteurs à propulsion distribuée de 280 kW. Le moteur principal à l’arrière est épaulé par les deux autres situés aux extrémités des ailes pour diminuer la traînée. Des caractéristiques qui devraient lui permettre de parcourir jusqu’à 600 miles (965km) à un plafond de 10 000 pieds (3000 m d’altitude) et une vitesse de 460 km/h d’après son constructeur.

Batteries oblige, l’appareil pèse plus lourd que ses concurrents au kérosène. La masse totale autorisée au décollage de l’Alice est de 5,9 tonnes contre 3,9 pour le Cessna Citation Mustang. Un surpoids qui ne semble pas être un obstacle pour la start-up puisqu’elle s’apprête à passer aux phases de certifications et commercialisation. Eviation espère réaliser ses premiers vols commerciaux en 2022.

« Tesla des airs »

Le jet électrique ne tardera pas à être qualifié de « Tesla des airs » puisqu’il est équipé du pilotage autonome -à ne pas confondre avec le pilotage automatique- mais devra attendre les autorisations des autorités pour l’exploiter. Il devrait être proposé autour d’1,4 millions de dollars au prix catalogue.

Un tarif étonnamment bas puisque le Cessna Citation Mustang, pourtant parmi les jets privés les moins chers du marché, coûte environ 2,5 millions de dollars.

A ce prix, les futurs propriétaires se contenteront de la version de base, qui devrait principalement être employée par des services de taxi aérien. Les acheteurs les plus aisés devront débourser 500 000 dollars supplémentaires pour s’offrir la déclinaison luxueuse de l’Alice.

Dédiée à l’aviation d’affaires, l’appareil sera capable de décoller depuis n’importe quel terrain d’aviation. L’Alice « ER » sera pressurisé pour opérer à un plafond de 28 000 pieds (8500 m d’altitude) à une vitesse de 460 km/h et atteindra les 1000 km d’autonomie.

Une version drone cargo de seulement 250 kg

Enfin, une version « drone » de l’appareil va être proposée. Sans aucun pilote ni passager, l ‘« Orca » pourra décoller depuis des pistes d’à peine 30 mètres de long grâce à sa masse maximale au décollage de 250 kg.

Il sera capable de transporter un chargement de 50kg sur 800 km à une vitesse de 327 km/h et de « rester dans les airs pendant plus de huit heures ».

Souhail Ftouh