| More

A l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme marquée la semaine prochaine,Frank La Rue, le rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté d’opinion et d’expression, effectuera sa première visite en Israël et dans les territoires de l’Autortié palestinienne entre le 6 et le 18 décembre. Il rencontrera des officiels, des activistes dans le domaine des droits de l’homme et des journalistes.

Israël a un meilleur dossier sur la liberté d’expression que n’importe lequel de ses voisins. À aucun moment dans l’histoire, il n’y a eu un État démocratique et tolérant au Moyen-Orient

L’Etat d’Israël accorde une grande importance à la défense de la liberté de la presse qui est une tradition. Israël est démocratie vivante ayant des institutions efficaces. On connaît l’attachement de la Cour suprême d’Israël à l’égard du respect de l’Etat de droit, même face au terrorisme (1)

Dans ce pays sans cesse menacé, des mesures ont été prises pour assurer un juste équilibre entre une liberté maximale pour la presse et les impératifs de sécurité.

Un Pacte signé en 1948 a déterminé que la censure militaire serait basée sur un accord mutuel entre l’armée et le gouvernement. Le pacte dispose que la censure serait limitée à la couverture médiatique des problèmes militaires et des problèmes de sécurité afin d’éviter des failles dans la sécurité de l’Etat.

Une décision de la Cour Suprême, en date de 1989, a prononcé que la censure ne pouvait être exercée que lorsqu’il est avéré que la publication de l’information en question pourrait nuire à la sécurité publique. Même dans ces cas, les médias d’information peuvent faire appel au jugement de la censure auprès du « comité des trois », composé d’un membre du public (qui fait office de président), d’un représentant de l’armée et d’un représentant de la presse. Dans plusieurs cas, ces comités ont rejeté la décision du censeur.

Parfois cette censure n’est pas respecté par les journalistes, comme durant la seconde guerre du Liban. Durant l’été 2006, les miliciens chiites du Hezbollah n’avaient qu’à scruter les chaînes d’info pour suivre en live les mouvements de Tsahal ou ajuster leurs tirs de missile.

Dans ce pays accro aux médias personne ne dicte quoi que ce soi sur les médias. Journaux, radios et télés reflètent toutes les points de vue. Yonit Levy présentatrice vedette de la chaîne de télévision israélienne C2 (Chaîne 2) avait exprimé même son empathie envers l’ennemi !

Israël est l’un des rares pays au monde – peut-être le seul – qui a toujours laissé une énorme liberté d’action et de mouvement aux journalistes locaux ou étrangers en zone de combats ou de troubles.

Pour la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), « les médias israéliens sont parmi les plus libres du monde » (2).

En Mai dernier Freedom House (Maison de la liberté) a réalisé une étude qui a réaffirmé qu’Israël était le seul pays de la région du Moyen Orient et d’Afrique du Nord à soutenir la liberté de la presse. Alors que la majorité des états arabes ne protège pas la liberté de la presse, Israël fournit un environnement ouvert et dynamique qui encourage les médias à prospérer. Des enquêtes réalisées par des journalistes étrangers respectés et des organismes de recherche ont, à plusieurs reprises, confirmé qu’Israël était le seul pays au Moyen-Orient dont les normes de presse étaient comparables, voir mieux que celles des pays occidentaux.

Reporters Sans Frontières a aussi classé Israël 44e parmi 167 pays sur le plan de la liberté de la presse, la place la plus élevée de tout pays au Moyen-Orient. Israël a été classé avant les Etats-Unis, qui étaient sur la 48e place.

Porte-drapeau de la liberté, Israel est souvent décrit comme « une nation de fanas de l’info». En Israel qui est grand comme un département français, on trouve sept quotidiens privés, plus de 1000 périodiques et des centaines de journaux locaux dans plusieurs langues telles que l’hébreu, l’anglais, l’arabe, le russe, le français, l’amharique, le perse, le ladino et le yiddis..

Il est enfin à noter que la radio “Kol Ha shalom” qui émet depuis Ramallah a demandé à la Cour suprême d’annuler la décision du ministre des Télécommunications d’interdiction de sa diffusion sur le territoire israélien. Le ministre avait interdit cette radio d’extrême-gauche il y a quelques jours car elle émettait de façon illégale.

Ftouh Souhail

(1) Le 31 décembre 2008, la Cour Suprême d’Israel a donnée, par exemple, satisfaction à une demande de requérants israéliens et étrangers demandant au gouvernement israélien l’autorisation de franchir le point de passage d’Erez en vu de se rendre dans la bande de Gaza.

(2) http://jssnews.com/2009/11/11/les-medias-israeliens-sont-parmi-les-plus-libres-du-monde/

Leave a Reply

*