Jair Bolsonaro, un GRAND ami d’Israël est le nouveau président du Brésil, le “Trump brésilien”.

Surnommé le “Trump brésilien”, Jaïr Bolsonaro a fait l’Histoire en remportant l’élection présidentielle dans le plus grand pays d’Amérique latine. Il compte  transférer l’ambassade du Brésil à Jérusalem. Il avait également promis de fermer la représentation de l’OLP dans la capital brésilienne. 

Comme Donald Trump, pour lequel il a toujours clamé son admiration, Jair Bolsonaro, élu président du Brésil dimanche 28 octobre, pourrait transformer en profondeur la politique étrangère de son pays.

Son élection met fin à un règne presque ininterrompu de la gauche brésilienne depuis 1995, et voit arriver le premier président très à droite depuis la fin de la dictature militaire en 1985  dans le plus grand pays latino-américain.

Scandales politiques, corruption, marasme économique et forte insécurité auront provoqué un ras-le-bol d’une majorité de la population, où 58 millions d’électeurs ont décidé de changer totalement de cap et laisser sa chance à cet ancien militaire, homme de poigne qui ne mâche ni ses mots ni ses idées.

Le nouveau président, qui lors de la campagne avait promis “d’assainir le pays et libérer l’économie” a été très clair dans son discours de victoire: “Nous ne pouvons plus continuer à flirter avec le socialisme, le communisme et le populisme de gauche”.

Elu avec 56% des voix, contre 43,30 % à son adversaire de gauche Fernando Haddad, il a promis de déplacer l’ambassade de son pays à Jérusalem.

 

Jair Bolsonaro pourrait rebattre les cartes de la politique étrangère de son pays.  Il a calqué ses positions sur celles de Donald Trump.

De la sortie de l’accord de Paris au conflit israélo-palestinien, l’ancien militaire s’est aligné sur les positions du président américain, dont il a repris, quasi mot pour mot, le slogan : “Trump veut rendre sa grandeur aux États-Unis et moi aussi je veux un grand Brésil”, a récemment affirmé le candidat  de la droite aujourd’hui président .

Concernant Israël précisément, il s’agit d’une bonne nouvelle. Le président de la Knesset Yuli Edelstein a félicité lundi matin le nouveau président brésilien et a rappelé qu’il avait indiqué qu’il ferait transférer l’ambassade du Brésil à Jérusalem. Il avait également promis de fermer la représentation de l’OLP dans la capital brésilienne.

Jair Bolsonaro a manifesté dans plusieurs vidéos circulant sur les réseaux sociaux son intention de déménager l’ambassade brésilienne de Tel-Aviv à Jérusalem, comme l’ont fait les États-Unis .

Yuli Edelstein, qui avait rencontré Jaïr Bolsonaro en Israël en 2016, l’a qualifié “d’ami authentique d’Israël”, l’a invité à se rendre en Israël et lui a souhaité pleine réussite dans son mandat un ami authentique d’Israël”.

L’an passé, lors d’un discours à Rio de Janeiro, devant des centaines de milliers de personnes, il a avait déclaré: “Mon coeur est jaune et vert mais aussi bleu-blanc”. Concernant la représentation de l’OLP, il avait dit: “La Palestine est-elle un Etat ? Non ! Je ne vois donc pas pourquoi elle aurait une ambassade chez nous !”

Il est même allé plus loin en déclarant début août qu’une fois qu’il serait au pouvoir, la Palestine n’aura plus d’ambassade au Brésil : “La Palestine n’est pas un pays, donc elle ne devrait pas avoir d’ambassade ici”. “On ne négocie pas avec des terroristes”, a-t-il ajouté.

L’ex-capitaine de l’armée prendra ses fonctions en janvier 2019. Pour Israël, avoir le soutien des deux plus grands pays d’Amérique latine – l’Argentine et le Brésil – est une excellente nouvelle.

“La Palestine est-elle un Etat ? Non ! Je ne vois donc pas pourquoi elle aurait une ambassade chez nous !”a t-il dit.

Le président élu du Brésil a déclare que sa première tournée à l’étranger sera pour Israël.

Israel a félicité lundi le président  brésilien Jair Bolsonaro après son élection dans la jeune démocratie brésilienne. Israel et le Brésil entretiennent un partenariat stratégique noué autour des valeurs communes de respect et de promotion des principes démocratiques.

D’origine italienne, il a échangé à plusieurs reprises des messages chaleureux sur les réseaux sociaux avec le vice-Premier ministre Matteo Salvini, autre leader de la droite en Europe. Jair Bolsonaro s’est également engagé à extrader l’ancien militant d’extrême gauche italien Cesare Battisti, exilé au Brésil depuis 2004 et condamné par contumace à la réclusion à perpétuité dans son pays.

 

Bolsonaro avait reçu un coup de couteau à l’estomac en septembre 2018  alors qu’il faisait campagne à Juiz de Fora, dans le sud-est du Brésil. Il avait préféré se faire soigner dans un établissement juif, à l’hôpital Albert Einstein à São Paulo. Le fait que Bolsonaro, qui avait alors récemment annoncé qu’il transférerait l’ambassade brésilienne de Tel Aviv à Jérusalem en cas de victoire, ait refusé d’être pris en charge dans un hôpital arabe – qui est habituellement choisi par les plus hautes sommités politiques du pays – avait attisé une certaine concurrence et mené à des théories conspirationnistes sur les réseaux sociaux.

 

Souhail Ftouh