| More

En Israel, l’approche de la police de proximité  est en voie d’implantation dans quelques corps policiers dans les secteurs arabes, sous l’impulsion du gouvernement.

Ainsi, le 21 novembre 2017 le Premier ministre B. Netanyahu a assisté personnellement à l’ouverture d’un nouveau commissariat dans le ville arabe de Jisr al-Zarqa, située dans la plaine côtière de la Méditerranée. Il était accompagné de Roni Alsheikh, le préfet général de la police.

Ce ville située au nord de Césarée dans le district de Haïfa, a obtenu le statut de conseil municipal en 1963. Selon le Bureau central des statistiques, la ville comptait 15 000 habitants en 2016. Ici 80% des résidents vivraient sous le seuil de pauvreté.

Jisr Az-Zarqa est la seule ville arabe restante en Israël située sur la côte de la mer Méditerranée. Ici le gouvernement a entrepris en l’implantation d’un modèle de police de proximité pour assurer la desserte de la population locale dont elle effectue la
couverture.

“La police est un ami des citoyens et nous travaillons dur pour améliorer la sécurité personnelle et lutter contre la criminalité dans les villes arabes afin de permettre à chaque enfant de faire partie du succès israélien” a dit le chef du gouvernement lors d’une visite la semaine dernière dans la ville arabe.

Une nouvelle approche communautaire de policière  israélienne 

L’approche communautaire constitue à cet égard une réponse tangible à ce besoin de sécurité, si fondamental, autant pour les individus que pour la société israélienne. Sans sécurité en effet, une société ne peut ni exister ni se développer, comme nous le
rappellent, malheureusement, tant de conflits ailleurs dans le monde.

Les administrations publiques, tout comme les entreprises ou les organismes du secteur privé, se doivent d’être les plus efficaces, les plus efficientes et les plus performantes possibles. Elles doivent aussi ajuster leurs services aux besoins de la population.

C’est pourquoi en Israel la réforme des organisations policières se précise pour en moderniser les missions, les structures organisationnelles, les modalités de gestion, le partage de tâches et de responsabilités, les objectifs et les stratégies opérationnelles ou les pratiques policières quotidiennes.

Ici les organisations policières veulent répondre aux aspirations légitimes de la population en ce qui a trait à sa sécurité. Pour y répondre, elles travaillent pour  être en mesure de bien connaître leurs attentes. À cet égard, la modernisation des pratiques policières passe par un rapprochement avec les citoyens arabes : les corps policiers veulent être davantage attentifs à leurs préoccupations. Ils veulent aussi prendre en charge et assurer un suivi des problèmes de criminalité et de délinquance qui leurs sont rapportés et qui suscitent la crainte des citoyens dans leurs milieux de vie immédiats. Ils travaillent aussi pour apporter des solutions durables à ces problèmes, en s’attaquant à leurs sources.

 

En Israel le ministère de la Sécurité publique est convaincu que la modernisation des organisations policières et leur rapprochement avec la population arabe, sont devenus des objectifs incontournables, passent nécessairement par l’implantation de l’approche
communautaire.

L’approche communautaire est en effet une façon différente d’aborder ces problèmes et d’assurer la sécurité des citoyens. Elle a pour but en Israel de créer des liens étroits de collaboration avec les populations arabes desservies, afin de permettre aux services policiers de cerner et de mieux comprendre la nature des problèmes de délinquance, de violence et d’insécurité vécus par les citoyens arabes dans leur environnement immédiat. Elle trouve aussi appui sur un partenariat entre les services policiers et un large éventail d’organismes arabes  locaux, tant institutionnels que communautaires, et de groupes de citoyens. Elle implique aussi une modification et un enrichissement de la pratique des policiers qui, plus directement en contact avec les citoyens, doivent répondre à leurs attentes et apporter des solutions tangibles et durables aux problèmes décelés.

L’approche communautaire ne remplace pas l’action policière traditionnelle de nature réactive, qui demeure toujours nécessaire. Cette démarche s’est toutefois imposée en Israel depuis que la seconde intifada ( 2000-2003) comme un moyen efficace pour s’attaquer aux sources même de l’insécurité des citoyens et aux causes des problèmes de criminalité vécus à l’échelle locale.

Dans les pays où elle a été mise en œuvre, l’approche communautaire semble donner des résultats intéressants. Cependant, il n’existe pas de modèle universel de police communautaire, mais plutôt une variété de modèles répondant aux spécificités et aux
besoins de chaque pays, voire de chaque ville, mais qui renvoient tous au concept de community policing, tel qu’il s’est développé principalement aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

En Israël  l’implantation de l’approche communautaire demeure encore partielle, inachevée ou est en voie de consolidation. Généralement portée pour le bien être de la minorité arabe, cette approche rencontre parfois des résistances qui en ralentissent le
déploiement . Faute de cadre de référence formel, les responsables des services policiers en Israel éprouvent aussi certaines difficultés d’implantation qui en limitent le caractère opérationnel comme, par exemple,dans le quartier musulman de la vieille ville de Jérusalem.

Le gouvernement de Mr Netanyhou  reconnait que l’approche communautaire représente la principale voie d’avenir pour les organisations policières dans le milieu arabe et manifeste l’intention de s’y engager.

Souhail Ftouh

Le Premier ministre B. Netanyahu a assisté personnellement à l’ouverture d’ un nouveau commissariatRoni Alsheikh, le préfet général de la police, le 21 novembre 2017

Leave a Reply

*