| More

Lui, combat la haine du Juif. Et lui, répète aux jeunes de sensibilité musulmane que leur attitude n’est pas justifiée. Lui et lui, ce sont Michel Serfaty, enseignant-chercheur et rabbin, et Mohamed Azizi, enseignant-chercheur et imam. Les deux complices font ainsi chaque année le tour de France. Direction les quartiers sensibles, maisons de quartier et centres sociaux. Rien à voir avec la place Rihour, hier en centre ville, certes.

Mais le bus de l’Amitié judéo-musulmane de France était avant-hier au centre social du Faubourg de Béthune, pour un premier contact. Le duo oeuvre ensemble et ainsi depuis trois ans avec le même objectif : « il faut cultiver nos forces plutôt que nos différences. Nos différences ne doivent servir qu’à nous enrichir mutuellement. Nous devons apprécier les traditions culturelles de chacun, parce qu’en réalité, nous ne nous connaissons pas », explique l’imam M. Azizi.

Toute cette aventure, cet engagement, a commencé en 2004, lorsqu’il a été fait le constat d’une augmentation significative des actes antisémites. Michel Serfaty cite : « on en comptait une vingtaine jusqu’en 2000. Et puis 1 560 en 2005 ». Jusqu’au point culminant : l’assassinat d’Ilan Halimi, rappelle-t-il. Dès lors, sa réponse a été simple et sans retour : « il faut entrer sans peur dans les quartiers sensibles, et ouvrir le dialogue. Il n’y a pas de loup en France ». Point barre. Et cet homme de se mettre en quatre pour trouver des moyens, et des jeunes juifs et musulmans partants, et toute l’équipe s’est retrouvée embringuée sur les routes de France. « Ma seule perspective était de rencontrer les jeunes et de leur tendre la main ».

« Le temps de la liberté de l’indifférence est révolu »

Aujourd’hui, les années ont passé (on en est au 7e tour de France) et l’équipe s’est modifiée. Dans le bus, il n’y a plus de jeunes mais des permanents. Des animateurs, psychologues et ce duo imam et rabbin. Michel Serfaty explique qu’il s’est vu obligé de changer de stratégies lorsqu’il a saisi la profondeur des préjugés ancrés dans les mentalités, surtout chez l’enfant. « Et indéniablement, ce binôme est apaisant ».

Depuis, dans un bus habillé aux couleurs d’une lutte commune contre toutes les discriminations, l’équipe continue son tour de France des quartiers, avec une sensibilité toute particulière à l’égard des mamans, parce que la haine de l’autre peut s’inculquer de façon insidieuse dès le plus jeune âge. Autre combat, plus récent celui-là, actualité oblige, celui de ne pas laisser de place à la séduction d’électeurs de religion juive par le Front National.

Hier place Rihour, un Lillois qui passait par là s’est arrêté exprès pour féliciter l’initiative. « Juifs et musulmans sont tous cousins, nous sommes voisins ! » Preuve qu’il y a de l’écho. Même si ça dérange. « Mais le temps de la liberté de l’indifférence est révolu ! conclut l’imam. Et nous refusons que le conflit israélo-palestinien se transporte sur le sol français ».

Source : Nord Eclair, Julia Méreau,- mercredi 25 mai 2011

One Response to “Juifs et musulmans : « Nous sommes tous cousins ! »”
  1. david says:

    pourquoi ce pretexe du front national , depuis longtemps la france ai devenue rasciste ,et de plus en plus aujourd hui , les gouvernements se succedes et le quai d orsaie ne change pas , il ai anti israelien et ce n est ni sarkozy ni juppé qui me dementiront .

  2.  
Leave a Reply

*