| More

Alors qu’Israël bénéficie aujourd’hui d’un secteur agricole florissant ; les Kibboutzim, fermiers indépendants et des grandes entreprises agricoles produisent chaque année assez de fruits et légumes pour satisfaire les besoins de tous les Israéliens et beaucoup sont exportés.

Mais le côté négatif de cette surabondance est le gaspillage. Certains fermiers laissent parfois pourrir certaines récoltes dans les champs car cette année là elles ne sont pas pro profitables, d’autres ne peuvent plus récolter la totalité de ce qui a poussé car les produits commencent à se gâter sur pied. Des milliers de tonnes de fruits et légumes frais sont ainsi perdus chaque année. Le but du projet Leket est de ne pas perdre ces récoltes, mais de les récupérer pour nourrir ceux qui ne peuvent pas le faire par eux-mêmes.

Chaque année, 36.000 volontaires d’Israël et de l’étranger viennent dans les champs et les vergers pour récupérer ces fruits et légumes. 70% d’entre eux sont des enfants et des jeunes adultes. Beaucoup de ces jeunes adultes viennent comme volontaires d’outremer dans le cadre de groupes sionistes, des projets pour Bar-Mitzvah ou en groupes familiaux. D’autres viennent d’entreprises israéliennes ou de Tsahal.

Le Project Leket envoie chaque année des milliers de volontaires ainsi que des cueilleurs rémunérés dans les champs et les vergers pour collecter des produits agricoles donnés par les fermiers ou abandonnés par ceux-ci (75 tonnes par semaine). En 2010, le projet a ainsi récupéré 4.5 million de kilos de fruits et légumes dans 300 fermes dans tout Israël. Tous les produits ont été livrés gratuitement à 290 ONG opérant des restos du cœur.

Fondé en 2005, Le Projet Leket est inspiré directement de la Bible, qui dit :Quand vous cueillez votre récolte, et que vous laissez une gerbe dans les champs, vous ne reviendrez pas la chercher, elle restera pour l’étranger, l’orphelin, la veuve, afin que l’Eternel votre Dieu bénisse toutes vos entreprises. (Deutéronome 24:19).

Le Project Leket/Adaptation de Ftouh Souhail

Leave a Reply

*