La faculté de San Francisco s’excuse et les étudiants sionistes sont “les les bienvenus”

Il vaut mieux tard que jamais. Le président de l’université d’état de San Francisco a émis des excuses publiques en direction de la communauté juive en raison d’accusations d’antisémitisme continues au sein de l’établissement, ajoutant que les « sionistes sont les bienvenus sur notre campus ».

Ces excuses de Leslie Wong postées sur le site de l’université sont arrivées au lendemain d’une rencontre entre Wong et les membres de l’organisation universitaire juive Hillel du campus.

« Durant notre entretien, j’ai réaffirmé mon soutien à nos étudiants, facultés et personnels juifs », a écrit Wong dans un compte-rendu de la réunion.

Au mois de novembre 2017, un juge fédéral de San Francisco avait a été saisi pour une plainte déposée au mois de juin 2017 par des étudiants juifs de l’état de San Francisco, qui déploraient une culture d’antisémitisme sur le campus.

La plainte avait été attisée par un discours prononcé en avril 2016 sur le campus par le maire de Jérusalem, Nir Barkat, qui avait été perturbé par des manifestants pro-palestiniens, ce qui avait créé un sentiment d’insécurité chez les étudiants juifs.

Une enquête indépendante sur cet incident initiée par l’université avait déterminé que l’école n’avait pas de protocole de sécurité approprié en place pour gérer une manifestation et que les étudiants juifs ne se sentaient pas en sécurité.

« Mes propos sur les sionistes et sur le fait de savoir si oui ou non ils sont les bienvenus à l’université de l’état de San Francisco ont causé beaucoup de colère et ont heurté profondément les sentiments. Je suis responsable de ces paroles et, après les avoir examinées et réfléchies, j’ai compris combien mes propos ont été malheureux », a écrit le président de l’université d’état de San Francisco.

« Et je veux donc sincèrement m’excuser pour les blessures et la colère que mes mots ont causée. Soyons clairs : Les sionistes sont les bienvenus sur notre campus ».

 

L’établissement a été accusé d’antisémitisme depuis l’interruption d’un discours de 2016 de Nir Barkat par des manifestants pro-palestiniens ; une enseignante palestinienne riposte. Nir Barkat s’adresse à des étudiants de l’université de San Francisco le 6 avril 2016, alors que des manifestants pro-palestiniens protestent dans le fond de la salle.

Les antisémites ne sont pas contents 

En réponse à ces excuses, une professeure de l’état de San Francisco, Rabab Ibrahim Abdulhadi, une Palestinienne, a écrit un post sur la page Facebook du programme « Ethnicité et diasporas arabes et musulmanes » de la faculté d’études ethniques, disant que le communiqué de Wong était « raciste, islamophobe et colonialiste ».

« Je considère la déclaration du président Wong qui souhaite la bienvenue aux sionistes sur le campus, faisant l’équivalent entre identité juive et sionisme et offrant à Hillel la propriété exclusive de l’identité juive sur le campus, comme une déclaration de guerre contre les Arabes, les musulmans, les Palestiniens et tous ceux qui sont engagés en faveur d’un sens indivisible de la justice sur et hors du campus », a écrit Abdulhadi.

« Ce qui comprend nos frères et soeurs de la communauté juive dont la conscience refuse d’autoriser le colonialisme, le racisme et l’occupation israéliennes – les caractéristiques inhérentes du sionisme – à parler en leur nom ».

L’initiative Amcha, qui contrôle plus de 400 campus dans tous les Etats-Unis sur la question de l’antisémitisme, a déclaré dans un communiqué qu’Abdulhadi « a utilisé de manière répétée sa position et les ressources éducatives de son programme pour financer un battage constant d’événements, d’intervenants et de cours violemment anti-sionistes, notamment certains qui approuvent le terrorisme et la violence envers Israël et ses soutiens ».

Les membres de la faculté et le conseil d’administration de l’université de l’état de Californie vont prendre des mesures contre les  antisémites pro-palestiniens, qui propagent la haine d’Israel.

Souhail Ftouh