La Fédération Internationale de judo (FIJ) oblige les Iraniens à jouer avec les Israéliens

 

La Fédération iranienne de judo a accepté de ne plus boycotter la participation d’aucun athlète à des tournois, mettant ainsi fin à une action qui avait attiré les critiques contre Téhéran dans le monde du sport.

Dans une lettre adressée à la Fédération Internationale de judo (FIJ) publiée samedi 11 mai 2019, le Comité olympique iranien et la fédération nationale ont convenu de “respecter pleinement la Charte olympique et son principe de non-discrimination”.

Les déclarations interviennent après plusieurs rounds de discussions autour du “phénomène inquiétant de blessures soudaines des Iraniens au moment de rencontres contre certains athlètes“, a indiqué la FIJ dans un communiqué.

La Fédération iranienne, ainsi que la FIJ, n’ont fait aucune mention relative à Israël, mais c’est face aux Israéliens que les athlètes iraniens ont à plusieurs reprises renoncé à participer à un match.

C’est une lettre extrêmement importante“, s’est réjoui Alex Gilady, membre du Comité olympique international d’Israël, lors d’un entretien téléphonique.

Il est temps à présent de mettre en œuvre la lutte contre la discrimination dans tous les sports“, a-t-il ajouté.

Ces derniers mois, la FIJ, sous la présidence du président Marius Vizer, fervent défenseur du fair-play, a renforcé la pression exercée sur le boycottage contre les athlètes israéliens.

Juste, signifie juste pour tout le monde“, a répété M. Vizer.

En juillet 2018, la FIJ avait annoncé qu’elle suspendait deux tournois organisés aux Emirats arabes unis et en Tunisie, les deux pays refusant de garantir que les sportifs israéliens puissent participer aux compétitions avec leurs drapeaux et hymnes.

Les organisateurs émiratis étaient alors revenus sur les interdictions faites aux judokas de l’Etat hébreu.

La suspension avait été levée, l’Israélien Sagi Muki avait alors remporté la médaille d’or lors du Grand Chelem d’Abou Dhabi en octobre 2018, permettant ainsi à l’hymne national “Hatikva” d’être joué pour la première fois aux Émirats arabes unis.

Souhail Ftouh