| More

La France a très nettement durci le ton contre tous les extrémistes et prédicateurs qui propagent la haine islamique après les événements de Toulouse et Montauban.

Nicolas Sarkozy a annoncé ce mardi, 27 mars 2012, une accélération des expulsions des “extrémistes” présents en France et assuré que toutes les personnes tenant des “propos infamants” contre la France ne seraient pas autorisées à entrer sur le territoire national. “Les extrémistes jouent de notre formalisme administratif, notre devoir est d’être plus efficace”, a ajouté Nicolas Sarkozy.

Le président a demandé à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) de “vérifier de façon approfondie la situation sur le territoire de toute personne” susceptible de présenter “un risque potentiel” pour la sécurité nationale.

En plus des mesures déjà annoncées pour lutter contre ceux qui font l’apologie du terrorisme sur internet ou se rendent à l’étranger pour s’y former à la lutte armée, la France prévoit d’autres mesures de rétorsion. Nicolas Sarkozy a assuré que “tous ceux qui ont tenu des propos infamants contre la France ou contre les valeurs de la République ne seront pas autorisés à entrer dans notre pays”.

Une sorte de généralisation de la mesure annoncée contre le célèbre qatari Youssef Al-Qaradaoui, interdit d’entrer en France pour y participer à une réunion de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF).

Nicolas Sarkozy a annoncé lundi sur France Info avoir dit “à l’émir du Qatar” que le prédicateur musulman controversé Youssef Al-Qaradawi n’était “pas le bienvenu” en France, où il devait se rendre début avril à l’invitation de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). D’origine égyptienne, Youssef Al-Qaradaoui a la nationalité qatarie et est titulaire d’un passeport diplomatique. Le cheikh a notamment appelé au meurtre de juifs. Son invitation en France avait été décriée par la communauté juive.

“C’est pour cette raison que je suis intervenu directement pour que des prédicateurs qui prennent notre système de valeurs pour cible permanente restent chez eux, nous n’en voulons pas sur le territoire de la République française”, a rappelé le chef de l’Etat en référence au célèbre prédicateur qatari Youssef Al-Qaradaoui, dont il a interdit l’entrée en France pour participer à une réunion.

“Je le dis ici avec la plus grande fermeté, tous ceux qui ont tenu des propos infamants contre la France ou contre les valeurs de la République ne seront pas autorisés à entrer dans notre pays. La France n’a pas vocation à accueillir ceux qui enfreignent ces valeurs”, a insisté Nicolas Sarkozy.

La France ne veut “aucun prêcheur extrémiste” sur son territoire, a déclaré Henri Guaino sur Radio J, en démentant qu’il y ait eu une “défaillance” des services consulaires français au sujet du visa de Youssef Al-Qaradaoui, un prédicateur radical égyptien qui souhaite se rendre en France.

L’idéologie fondamentaliste est désormais profondément ancrée dans les couches musulmanes en France. Les valeurs sur lesquelles repose la France sont constamment bafouées par les promoteurs de l ‘Islam conquérant. La majorité musulmans français n’ont pas été élevés dans le respect de la France et des lois de la République. Leurs parents, leurs grands-parents ou leurs aïeux ont considéré que l’assimilation dans la société française était une trahison de l’Islam.

Majeure partie de la communauté musulmane est aux mains des extrémistes et approuvait l’objectif islamiste consistant à transformer la France en un État islamique.Les extrémistes ont pris le contrôle de plus de 80% des mosquées en France. Et leur conquête ne s’arrête pas aux mosquées: les écoles, les groupes de jeunesse, les centres de rencontre, les organisations politiques, les fédérations professionnelles et les entreprises commerciales aussi tendent à partager une vision islamique militante hostile à l’ordre dominant.

Voilà plus que des dizaines d’années que cela perdure en France pendant lesquelles les gouvernements successifs de droite comme de gauche ont renoncé, par lâcheté et calculs électoraux, à maîtriser l’immigration, et c’est ainsi que l’immigration musulmane est peu à peu devenue immigration de peuplement, et même désormais, dans certaines parties de la France, une immigration de remplacement.

La population musulmane de France ne ressemble à aucune autre, car elle abrite en son sein un nombre considérable de gens – plusieurs fois supérieur à l’effectif des agents de Ben Laden – qui partagent la haine pour l’Occident et le même désir de les transformer, à terme, en une nation soumise aux restrictions de l’Islam militant (1).

Il était donc grand temps que la France prend des mesures pour l’expulsion des extrémistes et les prédicateurs violents. Ceux qui dénient aux Français le droit de vouloir que la France survive en tant que nation démocratique et en tant que peuple libre n’ont pas de place dans ce pays

Il faut, une fois pour toutes, que cesse l’avancée de cet Islam ravageur et totalitaire qui entend anéantir tout ce qui ne vit pas de la foi musulmane. La liberté religieuse a ses limites, et la tolérance ne permet pas de tolérer l’intolérable comme le faite d’entendre hurler les cris « Mort aux juifs ! » qui se sont de plus en plus souvent banalisé dans les villes de France, lors de manifestations pourtant autorisées.

Si des des Français juifs doivent désormais faire profil bas dans certains quartiers, en n’osant plus porter une kippa ou si dans certains lycées français, enseigner l’histoire de la seconde guerre mondiale et de la Shoah, est devenue impossible c’est parce-que un grand nombre des musulmans de France sont devenus de redoutables intégristes capables de terroriser les autres communautés qui ne suivraient pas leur religion.

Il faut ici reconnaitre que contrairement aux juifs qui n’ont jamais eu de problème avec le fait que la France soit un pays de diversité , paradoxalement, la majorité des pro islamisés de ce pays ne respectent pas la diversité de France, n’ont pas de patriotisme, de respect et l’amour de la France, l’admiration de sa grandeur, de son histoire, de sa littérature, de ses arts et de ses sciences, de ses paysages et de ses terroirs, de ses traditions, et de ses capacités de création.

La majorité des pros islamisés de France n’ont pas assimilé la notion fondamentale de la laïcité et ils se servent seulement de l’image du « musulman victime de la société » pour diffuser leur extrémisme.

Si les prêches enflammés entendus dans certaines mosquées en France ruissellent d’un antisémitisme que l’on croyait disparu, c’est sous la responsabilité des représentants de la communauté musulmane qui refusent de dénoncer l’antisionisme radical.

L’accélération de l’expulsion des extrémistes et les prédicateurs violents vers leurs pays d’origine est le seul moyen disponible en ce moment de faire face à cette évolution désastreuse et éviter de nouvelles victimes comme celle du “tueur au scooter” à Toulouse et Montauban (2).

Aujourd’hui, seuls les bien-pensants de gauche peuvent se permettre de nier l’étendue du danger islamique en Occident en général, et en Europe en particulier.

D’autres pays en Europe ont déjà commencé à réagir energétiquement aux propos infâmants inités par des musulmans radicaux.

La Garde civile a arrêté mardi , 27 mars 2012, à Valence, dans l’est de l’Espagne, un membre présumé du réseau islamiste al-Qaida, soupçonné d’avoir incité “à commettre des actes terroristes” via internet, a annoncé un porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Un homme de 20 ans a été condamné lundi 26 mars par la justice allemande à trois ans et trois mois de prison ferme pour avoir diffusé sur internet des vidéos de propagande islamiste. Ce jeune Allemand converti à l’islam a été jugé coupable d’avoir appelé au “jihad” et d’avoir fait l’apologie d’attentats suicides et d’exécutions brutales, selon une porte-parole du tribunal de Schleswig (nord). Le parquet réclamait une peine de 4 ans de prison. Cet Allemand avait animé durant six mois une page internet intitulée “Islamic Hacker Union” avant son arrestation en juin 2011. La justice lui reprochait d’avoir voulu par ce biais attirer de nouvelles recrues pour deux organisations : le “Mouvement islamique d’Ouzbékistan” et l'”Etat islamique d’Irak”, liés à Al-Qaïda.

Le groupuscule islamiste Forsane Alizza « les cavaliers de la fierté », a été dissous le mois dernier en France sur décision de Claude Guéant. Le ministre de l’Intérieur le décrit comme « un groupement qui forme des personnes à la lutte armée ». Parmi ses membres, on retrouve un Nantais. Mohammed Hammami, imam de la mosquée tabligh Omar à Paris (XIe), a été informé qu’une procédure d’éloignement, initiée par le ministère de l’Intérieur, était envisagée contre lui.

Ftouh Souhail

(1) Le groupuscule islamiste Forsane Alizza « les cavaliers de la fierté », a été dissous en janvier 2012 en France sur décision de Claude Guéant. Le ministre de l’Intérieur le décrit comme « un groupement qui forme des personnes à la lutte armée ». Parmi ses membres, on retrouve un Nantais.

(2) En janvier 2012, Mohammed Hammami, imam de la mosquée tabligh Omar à Paris (XIe), a été informé qu’une procédure d’éloignement, initiée par le ministère de l’Intérieur, était envisagée contre lui. Prônant l’instauration du califat en France, il remettrait en cause le régime démocratique. Opposé à la loi interdisant le voile intégral, son fondateur, Mohammed Achamlane se serait, quant à lui, illustré en août dernier en brûlant publiquement un Code pénal.

Leave a Reply

*