| More

La Knesset a reçu un courriel électronique envoyé par un soldat iranien demandant à Israël l’autorisation pour lui-même et sa famille juive de faire son alya (l’immigration vers Israël), a rapporté le Yedioth Ahronoth.

Dans son message, le soldat iranien a affirmé que ses parents se sont convertis à l’islam par crainte, mais que ses grands-parents étaient juifs et qu’il se considère comme Juif.

La communauté juive en Iran est parmi les plus vieilles du monde. Elle a toujours été regardée avec suspicion par le gouvernement de la république islamique, étant donné que les mollahs sont intensément hostiles à l’État d’Israël.

L’alyah se poursuit toutefois de manière clandestine à raison de quelques dizaines de personnes chaque année.

Il y a une trentaine d’années environ, lorsque le Chah d’Iran fut répudié et remplacé par Ayatollah Khomeiny, la majorité des juifs d’Iran préférèrent la fuite aux vicissitudes d’un régime qu’ils estimaient, à juste valeur d’ailleurs, acerbe et impitoyable. La montée du radicalisme Islamique les avaient plus qu’effrayés et ne présageait rien de bon. La classe riche préféra s’installer aux États-Unis et au Canada, tandis que la classe modeste ou plus destituée se contentèrent d’émigrer en Israël, qui les reçut les bras grand ouverts.

Ce qu’il faut comprendre aussi c’est que les Juifs ne peuvent quitter l’Iran comme ils quitteraient une démocratie. De le meilleur des cas une poignées de personnes peuvent quitter le pays après avoir donner des explications où et pourquoi obtenir un visas de sortie avec peu d’argent et en laissant une partie de la famille en otage en cas de non retour auquel cas ils risque la mort pour collaboration avec l’ennemi.

La République islamique est un mini III Reich, un État totalitaire dans lequel toutes les minorités subissent le joug d’un puissant appareil répressif.

Des milliers d’Iraniens ont participé à un rassemblement anti-Israélien et anti-américain à Téhéran ce vendredi 4 novembre 2011, à l’occasion du 32e l’anniversaire de la triste prise d’otages à l’ambassade américaine à Téhéran le 4 novembre 1979. Cet événement a provoqué la rupture des relations diplomatiques entre l’Iran et les États-Unis. Les manifestants ont scandé “Mort à l’Amérique” et “Mort à Israël”, et incendié des drapeaux des deux nations.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*