| More


La population du village Mitzpé Hilla « Guilad, c’est si bon de te voir rentrer à la maison ! ».

Mardi 18 octobre, après 1941 jours d’attente, la famille Shalit a enfin retrouvé Guilad : ”C’est un voyage long et épuisant qui s’achève”, a déclaré son père.

« Quand j’ai vu Guilad, je n’ai pas dit grand-chose. Je l’ai juste pris dans mes bras. Et si je me souviens bien, j’ai dit: «Bienvenue» », a confié Noam.

Au moment de rentrer au village, c’est toute une population munie de drapeaux qui s’est écriée « Guilad, c’est si bon de te voir rentrer à la maison ! ».

Quelques heures après avoir embrassé son fils à la Base de Tel Nof Air Force pour la première fois en plus de 5 ans, Noam Shalit a exprimé son soulagement : «aujourd’hui, nous avons connu la renaissance de notre fils ».

Yigal Palmor, porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères israélien a dit : « C’est une fête nationale ! (…) Je suis en émoi. Dans des moments pareils, on met de côté la politique, on est très ému. (…) »

Le président français, Nicolas Sarkozy, a affirmé que la libération de Gilad Shalit est “un très grand soulagement pour la France” et que le jeune homme serait “bientôt” reçu à Paris.

« Aujourd’hui, je veux rendre hommage à votre courage dans cette épreuve terrible, et vous dire notre bonheur et notre émotion à tous. Tous les français partagent avec moi cette joie de vous savoir de retour chez vous, à Mitzpé Hilla, entouré de vos parents, de votre frère et de votre soeur, de tous vos proches.

Permettez-moi de vous dire mon admiration pour vos parents, Noam et Aviva. Pendant cinq ans, avec un courage, une détermination et une dignité qui forcent le respect, ils n’ont cessé de se mobiliser et de mobiliser le monde entier pour obtenir votre libération. Noam et Aviva constituent des exemples pour nous tous

La France ne vous a jamais oublié. Elle s’est jointe sans relâche, avec opiniâtreté, aux efforts de vos parents pour que ce jour, celui de votre liberté retrouvée, devienne une réalité.

Dès mon élection, j’ai souhaité faire de votre libération une priorité de mon action car la France n’oublie pas les siens. Nous avons soutenu chaque médiation, chaque effort des autorités israéliennes, chaque geste, petit ou grand. C’est ainsi qu’en 2008 nous avons réussi à vous faire parvenir, après de multiples interventions, une lettre de vos parents. »

François Fillon, Premier ministre français : “C’est avec une grande émotion et beaucoup de bonheur que je viens d’apprendre la libération de Gilad Shalit”. “Je souhaite que notre compatriote puisse, entouré des siens, reprendre goût à la vie dans les meilleures conditions”
Des dizaines de personnes se sont rassemblées ce mercredi devant le centre communautaire de la paix à Strasbourg pour assister au décrochage de la banderole « Libérez les otages », en place depuis 2008. Malgré la pluie et un problème technique, l’émotion et la joie étaient palpables au sein de l’assistance.
Le Grand rabbin du Bas-Rhin, René Gutman, entouré de quelques personnalités communautaires, a pris la parole et a terminé son discours en ces termes: « Chabbat prochain, nous redirons les paroles du prophètes Isaïe qui rappellent la mission de tout homme. Il nous est demandé de faire sortir hors du cachot tous les captifs de la terre. C’est cela notre mission. C’est cela la volonté qui se manifeste ici. Volonté biblique qui nous rappelle que « la victoire de l’esprit est notre combat ». Victoire de l’esprit et victoire de tous ceux qui sont venus dire ici leur espoir de paix entre tous les hommes, au Proche-Orient et partout ailleurs ».

Claude Goasguen, Député de Paris, s’est adressé le Mercredi 19 octobre 2011 au gouvernement au sujet de la libération de Guilad Shalit lors de la traditionnelle séance de questions au gouvernement du 18 octobre 2011. “Nous l’avons appris (la libération de Guilad) avec satisfaction mais sans joie puisque des centaines de familles israéliennes pleurent aujourd’hui la libération des assassins de leurs enfants”, a déclaré le président du groupe d’amitié France Israel après avoir remercié et salué les quelques parlementaires français a avoir affiché leur soutien à l’otage français dans leur mairie.

“C’est avec une immense satisfaction que je viens d’apposer le bandeau +enfin libéré+ sur le portrait de Guilad Shalit qui orne le fronton de la mairie du XVIe arrondissement de Paris”, a réagi le député-maire de la capitale pour la majorité UMP Claude Goasguen

Dimanche 23 octobre 2011 à 18h30, Claude Goasguen, député-maire du 16ème arrondissement, accompagné de Richard Prasquier, président du CRIF, décrochera la photo de Gilad Shalit apposée sur sa mairie. Nous appelons les Parisiens à participer en masse à ce rassemblement, 71 avenue Henri-Martin.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*