| More

Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré ce jeudi, à la veille du discours qu’il doit prononcer à l’Assemblée générale des Nations unies, que les négociations avec Israël ne débuteront qu’après « la reconnaissance par Israël, de l’Etat palestinien dans les frontières de 1967 ».

L’Autorité palestinienne ne cherche pas à isoler Israël mais « à isoler uniquement la politique israélienne de colonisation qui porte atteinte aux Palestiniens », a-t-il ajouté.

Yasser Abd Rabbo, secrétaire général du Comité exécutif de l’OLP, a assuré que la demande d’adhésion d’un Etat palestinien à l’ONU sera soumise au Conseil de sécurité vendredi, immédiatement après le discours du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devant l’Assemblée générale. Dans une interview accordée à la radio “Voix de la Palestine”, Abd Rabbo a nié tout report de la procédure.

Hier Le président américain a clarifié sa position concernant la demande palestinienne pour la reconnaissance unilatérale.

Barack Obama a affirmé devant l’Assemblée générale des Nations unies qu’il n’existait pas de “raccourci” pour parvenir à la paix au Proche-Orient, rejetant ainsi la démarche des Palestiniens pour y obtenir la reconnaissance de leur Etat. “Je suis convaincu qu’il n’existe pas de raccourci à la fin d’un conflit qui persiste depuis des décennies. La paix ne viendra pas de déclarations et de résolutions à l’ONU. Si c’était aussi facile, cela aurait déjà eu lieu à l’heure actuelle”, a déclaré M. Obama à New York.

Un millier de Palestiniens ont manifesté ce jeudi à Ramallah pour dénoncer le président américain Barack Obama qu’ils accusent d’avoir trahi la cause palestinienne à l’ONU. Rassemblés près de la Mouqataa, le siège de la présidence de l’Autorité palestinienne, les manifestants arboraient des banderoles sur lesquelles était écrit: “Honte à ceux qui se prétendent démocratiques” ou “L’Amérique, c’est la tête du serpent”.

Le principal syndicat palestinien a appelé à des manifestations vendredi partout dans le monde arabe devant les ambassades des Etats-Unis. Un responsable du ministère palestinien de l’Information, Moutawakil Taha, a accusé le président Obama de se conduire “comme un colon israélien”.

La France de sa part a une nouvelle fois refusé jeudi de son intention de vote au Conseil de sécurité sur la demande d’admission comme membre à l’ONU de la Palestine, alors que cinq pays de cette instance se sont déjà déclarés pour et que la majorité requise est de neuf voix sur quinze. « La question de savoir quel pourrait être le vote de la France ne se pose pas, puisque le vote n’est pas programmé », a déclaré lors d’un point-presse le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal, citant des propos tenus la veille par Alain Juppé.

Quelque 110 parlementaires français ont signé une lettre ouverte au président de la République Nicolas Sarkozy pour lui demander de “s’opposer à la résolution visant à imposer de façon unilatérale la reconnaissance d’un État palestinien”. Initié par les présidents des groupes d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale et au Sénat, Claude Goasguen (UMP) et Jean-Pierre Plancade (RDSE), le texte réunit des élus de droite, du centre et de gauche.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*