| More

 

Si le Israéliens  qui vont à l’étranger privilégient nettement les États-Unis ou l’Europe quand sonne l’heure des vacances, ils explorent de plus en plus le reste de la planète.  Ils s’ouvrent aux destinations émergentes et  fréquentent une multitude de destinations l’on retrouve rarement dans les brochures des voyagistes. C’est le cas de l’Arménie, dont on parle avant tout pour évoquer le génocide subi par son peuple en 1915 à l’époque de l’Empire ottoman.

Ce petit pays du Caucase enclavé entre la Géorgie au nord, la Turquie à l’ouest, l’Iran au sud et l’Azerbaïdjan à l’est, mérite vraiment que l’on s’y attarde. Cette destination à cheval entre l’Europe et l’Asie abrite de somptueux paysages de montagne, des lacs splendides, des sites archéologiques de premier plan et un patrimoine historique et religieux remarquable, avec en prime une délicieuse cuisine et un peuple accueillant.En 2012, ici même on parlait  que  l’Arménie invite les touristes israéliens et lance plusieurs hôtels en construction. 

L’an dernier, le premier vol de la compagnie arménienne « Armenia » était à destination Tel-Aviv. Aujourd’hui, il faut seulement 4  heures pour relier Ereven à Tel-Aviv (vol direct). Armenia est une compagnie Low Cost.

LA CAPITALE EREVAN

Trois fois millénaire, la capitale Erevan regroupe presque la moitié de la population du pays ! Perchée à 900 mètres d’altitude, elle est dominée par l’impressionnante silhouette du mont Ararat dont le sommet est coiffé de neiges éternelles. Aujourd’hui, son architecture date principalement de l’ère soviétique et plus précisément des années 1930. A voir absolument, la bibliothèque Matenadaran, l’un des plus riches dépôts de manuscrits au monde, certains datant de mille ans, mais aussi la cathédrale Sourp Krikor Loussavoritch, inaugurée en 2001 à l’occasion des 1700 ans du rattachement de l’Arménie à la religion chrétienne, le Musée national d’histoire et le Mémorial du génocide de 1915.

 

LE TEMPLE DE GARNI

Le patrimoine culturel et religieux de l’Arménie est remarquable. Premier pays à adopter officiellement la religion chrétienne dès l’an 301, soit avant l’empire romain, l’Arménie abrite des édifices religieux très anciens. Il n’est pas rare de croiser des églises datant du VIIème et VIIIème siècle, ainsi que des monastères du IXème et Xème siècle. L’un des trésors culturels de l’Arménie, incontournable de toute visite, c’est le temple de Garni, vieux de 2 000 ans ! Situé sur les rives de la rivière Azat, il abritait la résidence d’été des rois arméniens. Composé de 24 colonnes gravées, il est admirablement conservé.

 

 

LE LAC SEVAN

A l’est du pays, le lac Sevan, surnommé la perle arménienne, se niche à 2 000 m d’altitude. Cerné par les montagnes, il étend ses eaux majestueuses et austères sur 60 km. Le grand nombre d’églises et de monastères datant de l’époque médiévale rend ce lieu encore plus splendide ! Véritable mer intérieure de 1 400 km² (deux fois et demie le lac Léman tout de même), c’est le plus grand lac d’Arménie et l’un des plus vastes lacs d’altitude du monde. Cet endroit magique et mystérieux est une étape incontournable d’un voyage dans ce pays montagneux à 90%, avec une altitude moyenne de 900 mètres.

 

L’ARCHE DE NOÉ SE SERAIT ÉCHOUÉE SUR LE MONT ARARAT

Symbole national qui culmine à 5 165 mètres d’altitude, bien au-dessus de notre Mont Blanc, le mythique Mont Ararat est pourtant situé en Turquie voisine, honnie justement pour sa responsabilité dans le génocide arménien de 1915. Par une justice divine peut-être, le meilleur point de vue pour en admirer la silhouette parfaite se trouve en Arménie. Ce volcan au sommet recouvert de neiges éternelles fut autrefois sur le territoire de l’Arménie historique. C’est ici que se serait échouée l’arche de Noé. La vue sur le Mont Ararat depuis le monastère de Khor Virap est l’une des cartes postales du pays.

Souhail Ftouh 

Leave a Reply

*