| More

 

Alors que de nombreux observateurs pointent le risque d’escalade entre Israël et le groupe terroriste chiite du Hezbollah,Riyad et Jérusalem partagent la même inquiétude face à l’avancée hégémonique de Téhéran dans la région.

Le journal Handelsblatt parle de la coopération entre Israël et l’Arabie saoudite pour contrer l’influence iranienne au Moyen-Orient. Bien qu’ils n’aient pas de relations diplomatiques officielles, l’Arabie saoudite et Israël mènent une coopération militaire et sécuritaire significative en se basant sur les questions stratégiques, précise le journal suisse.

Les intérêts communs de l’Arabie saoudite et d’Israël exigent qu’ils tentent d’empêcher l’Iran d’affirmer son pouvoir dans la région et cela a conduit les Saoudiens à penser à acheter des équipements militaires et des systèmes de défense à Israël.

Handelsblatt écrit également que l’Arabie saoudite a demandé à Israël d’examiner la possibilité de lui fournir, par l’intermédiaire d’une partie tierce, des systèmes de défense antichars et surtout le système antimissile « Dôme de fer ».

Des rapports avaient confirmé auparavant la détermination de Riyad dans le sens de la normalisation avec Jérusalem.

Par ailleurs, dans des interviews avec le site d’information saoudien Elaph, le chef d’état-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, et le ministre israélien des Renseignements, Israel Katz, avaient auparavant reconnu l’existence d’une coopération sécuritaire et militaire entre  les deux pays en vue d’affaiblir le poids régional de l’Iran.

Convergence d’intérêts entre Israël et l’Arabie saoudite 

Le mois dernier, le chef d’Etat-major de Tsahal a brisé un tabou en s’exprimant dans la presse saoudienne en disant que l’Etat hébreu a parfaitement aligné sur les positions anti-iraniennes de Riyad. C’est une première, et une preuve que les temps changent et les tabous sautent.

Non seulement, le chef d’Etat-major de l’armée israélienne n’avait jamais donné d’interview à des médias étrangers depuis sa nomination en février 2015, mais IL a jeté un pavé dans la mare en déclarant que pour contenir l’Iran, « la plus réelle et grande menace de la région », Israël était « prêt à échanger des informations avec les pays arabes modérés […] y compris l’Arabie Saoudite avec qui nous partageons de nombreux intérêts ».

Israël est désormais une puissance sunnite comme les autres, plaisantent les observateurs israéliens dans la revue Foreign Policy.

Riyad veut l’acquisition de système de défense anti-missile US

Un nouveau contrat colossal pour l’acquisition de système anti-missile a été signé alors que les stratèges militaires relèvent l’impuissance des saoudiens à intercepter les missiles des mercenaires yéménites proches de Téhéran.

Le département d’État américain vient d’approuver la vente de système de défense américain Patriot à l’Arabie saoudite qui tente d’augmenter sa capacité défensive. Les pièces détachées de missiles Patriot et son programme d’assistance représentent un contrat d’une valeur de 500 millions de dollars.

L’Agence de coopération de défense et de sécurité (DSCA), un organe du Pentagone, a fourni un document selon lequel Riyad a demandé de continuer de recevoir une assistance technique et un soutien aux programmes Patriot Legacy Field Surveillance Program, Patriot Advanced Capability 3 (PAC-3) et Patriot Engineering Service Program (ESP). L’Arabie saoudite a également souhaité acheter des pièces de rechange de missiles Patriot et HAWK.

En matière de défense aérienne, le royaume dépend notamment des systèmes américains MIM-23 Hawk et MIM-104 Patriot. Face aux missiles provenant du Yémen, entre autres ceux tirés ces dernières semaines contre Riyad, le système anti-missile américain est avéré indispensable.

Souhail Ftouh 

Leave a Reply

*