| More

Lorsque le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a visité le Canada, cette semaine avant de se rendra ensuite à l’Assemblée générale de l’Onu à New York, il a eu l’assurance que Le Canada ne soutiendra pas une la déclaration unilatérale de la Palestine à L’ONU

Au Canada, le chef de la diplomatie israélienne a rencontré son homologue John Baird.

Evoquant la proclamation unilatérale attendue de l’Etat palestinien, il a indiqué : ”Il n’y a pas lieu de menacer, mais je peux dire avec assurance que si cette résolution unilatérale passe, elle aura des conséquences douloureuses et graves’

Le premier ministre canadien Stephen Harper a annoncé déjà qu’il s’opposera à la demande d’adhésion d’un État de Palestine aux Nations unies, prévue ce vendredi

“Notre position n’a pas changé. La seule solution au conflit du Proche-Orient doit être issue de négociations et d’un accord entre les deux parties”, a déclaré le 13 juillet 2011 la porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, Chris Day. “Un des deux Etats doit être un Etat juif et reconnu comme tel, et l’Etat palestinien doit être démilitarisé”, a poursuivi la porte-parole.

A New York, Avigdor Lieberman s’entretiendra avec le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon et de nombreux homologues, dont le chef de la diplomatie russe, espagnole, et britannique. Il soulignera à ses homologues que pour conserver une chance d’accord avec les Palestiniens, il faut absolument rejeter l’initiative unilatérale de reconnaissance de leur Etat.

Le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman a affirmé le 14 septembre 2011 que l’Etat d’Israël et ses derniers gouvernements ont réalisé des concessions généreuses à l’égard des Palestiniens, mais ces gestes n’ont pas apporté la paix. ”Aucune concession ne nous a apporté la paix. Ces générosités sont interprétées comme allant de soi et non comme des gestes de bonne volonté, mais plutôt comme une faiblesse”.

Le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon a prévenu le 15 septembre 2011 qu’une demande d’adhésion d’un Etat de Palestine à l’ONU marquerait la fin de tous les accords conclus avec les Palestiniens. “Si les Palestiniens prennent une telle décision unilatérale, cela signifiera l’annulation de tous les accords, libérera Israël de tous ses engagements et les Palestiniens en porteront l’entière responsabilité”, a affirmé M. Ayalon à la radio Reshet Bet shel Kol Israël.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*