Le chef de l’état Major israélien rencontre son homologue saoudien à Washington

Le journal israélien Maariv a révélé sur son site Internet une réunion entre le chef d’état-major israélien Gadi Eisenkot et son homologue saoudien, Fayyad al-Ruwaili, en marge d’une conférence des dirigeants militaires actuellement organisée aux États-Unis.

Le journal israélien a rapporté que “les deux parties ont discuté d’un certain nombre de sujets, y compris la menace iranienne, et des moyens d’y remédier”.

La presse arabe a confirmé la rencontre.

Eisenkot a également rencontré séparément son homologue jordanien et un certain nombre de commandants militaires dans le monde entier au cours de la conférence.

L’armée américaine a également publié des photos du chef d’état-major israélien, Eizenkot, assis à côté des chefs d’état-major égyptiens, jordaniens et bahreïniens.

Plus récemment, Israël et l’Arabie saoudite se sont rapprochés du fait de la menace iranienne contre les deux pays.

“Les deux pays ont beaucoup d’intérêts communs”, a déclaré le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman dans une déclaration à un magazine américain.

“Je pense que tous les peuples du monde ont le droit de vivre dans la dignité. Je crois que les Palestiniens et les Israéliens ont le droit de vivre sur leurs terres, mais il est nécessaire qu’un accord de paix soit établi entre eux, ce qui garantit la stabilité pour tous et assure des relations normales” a t-il ajouté.

L’année dernière, le journal saoudien Ilaph a publié une interview du chef d’état-major israélien Gadi Eisenkott, qui a également déclaré qu ‘”Israël et l’Arabie saoudite ont des objectifs communs et que nous sommes prêts à coopérer si nécessaire”.

En novembre de l’année dernière, à la suite de sa participation à la conférence sur la lutte contre le terrorisme des chefs d’état-major  le chef d’état-major de IDF, Gadi Eisenkot, a accordé une interview sans précédent au journal saoudien Elaph, déclarant publiquement qu’Israël est prêt à coopérer avec Riyadh. Et a déclaré au journal que ce qu’il avait entendu des Saoudiens au sujet de l’expansion iranienne était pleinement conforme aux préoccupations de Tel-Aviv.

“Nous sommes prêts à échanger nos expériences avec l’Arabie saoudite et les pays arabes modérés et à échanger des renseignements pour faire face à l’Iran”, a-t-il déclaré, ajoutant que “de nombreux intérêts communs existaient entre nous et l’Arabie saoudite”.

Il a appelé à la création d’une nouvelle alliance au Moyen-Orient, incluant Israël et les États arabes modérés, dans un front contre l’Iran, ainsi que la mise en place d’un “plan stratégique global pour enrayer la menace iranienne”, tout en affirmant qu’il existe un accord global entre Riyad et Tel Aviv dans ce dossier.

Moins d’un an plus tard, et dans la version 2018 de la conférence elle-même, cette alliance semble s’être formée, peut-être plus ouvertement que jamais, car Eisenkot n’a plus besoin de faire allusion aux relations avec l’Arabie saoudite, ni même à la popularité des autorités. Riyad, qui ne semble pas être encore plus pompeux avec le slogan anti-Israël.

Les journaux et les médias israéliens ont publié une réunion entre Isnakot et les chefs d’état-major arabes, dont le chef d’état-major saoudien Fayyad al-Ruwaili, en marge de la même conférence à la capitale fédérale américaine.

Eizenkot a déclaré que les relations avec l’Arabie saoudite se développaient à cause de ce qu’il a dit être des craintes communes de l’expansion iranienne, la même justification invoquée par l’Arabie saoudite pour renforcer ses liens avec Israël.

Selon une déclaration publiée par l’armée  israélienne, Eisenkot rencontrerait des responsables militaires américains et d’autres responsables étrangers, sans préciser leur identité.

Outre la rencontre avec al-Ruwaili, le ministère de la Sécurité israélien a publié une photo d’un dîner lors de la conférence, au cours duquel Eisenkot est assis à la même table avec les chefs d’état-major jordaniens, bahreïniens et égyptiens.

Les nouvelles récentes ont fait l’objet de rencontres directes et publiques entre des responsables saoudiens et émiriens avec des responsables israéliens. La semaine dernière, l’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, Yussef al-Otaiba, a rencontré l’ambassadeur égyptien Yasser Reza à une table avec l’ambassadeur israélien Ron Demmer lors d’un dîner organisé par l’Institut juif pour la sécurité nationale (JINSA).

Souhail Ftouh