Le président syrien Bachar al-Assad et son épouse se rendront en Tunisie les 12 et 13 juillet dans le cadre d’une visite officielle, a rapporté l’agence gouvernementale TAP.
Cette visite, à l’invitation du président tunisien, « entre dans le cadre du renforcement des liens de fraternité et des relations de coopération entre la République tunisienne et la République arabe syrienne », a annoncé la même source.

Cette rencontre intervient après la visite, en mai dernier, du président du Conseil des ministres de la République arabe syrienne, M. Mohamed Neji El-Otri, en Tunisie.

Du 12 au 16 juin dernier, une mission d’hommes d’affaires tunisiens s’est rendue à la capitale syrienne. Organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tunis (CCIT), cette mission était marquée par la tenue de séances de contacts individuels « B to B meetings » regroupant hommes d’affaires tunisiens et leurs homologues syriens.

La Syrie a toujours été choyée par la Tunisie, qui a largement ignoré les accusations de terrorisme portées par Washington à l’encontre du régime baasiste.

D’autant que l’amour tunisio-syrien tombe au moment ou l’opinion publique internationale approuve et applaudit la position ferme et sans concession du gouvernement américain contre Damas. Le mois dernier, le Président américain Barack Obama a renouvelé les sanctions contre la dictature syrienne, soupçonnée de soutenir les mouvements extrémistes dans la région. Les Etats-Unis avaient imposé en 2004 des sanctions économiques à Damas.

La Syrie soutient massivement les organisations terroristes en leur fournissant un soutien militaire, financier, politique et informationnel. Damas a été désignée depuis 1979 comme Etat sponsor du terrorisme .Cela fait 31 ans que la Syrie est considérée comme sponsor du terrorisme par le Département d’Etat américain. Le chef de mission adjoint de la Syrie au aux Etats Unis, Zouheir Jabbour, avait été convoqué en avril dernier au département d’État « pour répondre des actes de provocation de la Syrie concernant le possible transfert d’armes au Hezbollah »

La Syrie et l’Iran fournissent et financent le groupe terroriste chiite Hezbollah, mais aussi le mouvement Hamas à Gaza et les insurgés islamistes en Irak. En Août 2009 des attentats terroristes à Bagdad ont fait près d’une centaine de morts, ils étaient panifiés par un groupe basiste logé à Damas. Les attentats de Bagdad du « mercredi noir », qui ont fait une centaine de morts, ont visé les ministères des Finances et des Affaires étrangères. Bientôt un an après ce drame et le régime assassin de Damas refuse de livrer les coupables au gouvernement Irakien.

Le dictateur syrien Bashar el Assad n’a pas renoncé au terrorisme ni engagé d’actions contre les Organisations terroristes étrangères et il continue, de façon habituelle, à fournir refuge, ressources et conseils à des organisations terroristes. Assad continue d’héberger les pires terroristes de la planète et de surarmer les mouvements terroristes.

La question qui se pose ici ; On ne sait dans quel intérêt de voir Bachar el-Assad en Tunisie ? Que va apporter cet homme à un petit pays qui lutte inlassablement contre le terrorisme ? Le 10 juillet, huit Tunisiens ont été condamnés à des peines allant jusqu’à 12 ans de prison ferme pour activisme islamiste et adhésion à un groupe « terroriste ».

Pendant que le dictateur président syrien se prépare de parader à Tunis, son peuple crève de faim et de soif. La Syrie est aussi envahie par une grave épidémie de peste (1). Affectées par la sécheresse et la maladie, des centaines de milliers de personnes se retrouvent en ce moment en situation d’exode au nord-est de la Syrie. Pas moins de 250 000 fermiers ont été obligés d’abandonner leur terre et de migrer vers les grandes villes. Là, ils vivent sous la tente, complètement oubliés par le régime.

Ftouh Souhail, Tunis

(1) Voir notre article : Une épidémie de peste dans l’armée syrienne ( sur JSSNEWS)