Le Golan est une terre juive depuis des milliers d’années!

 

Le Golan a été mentionné dans la Torah comme le pays de la tribu juive de Menashe et, avant les années 2000 et 1500, il comptait de nombreuses villes et villages juifs. Plus 30 anciennes synagogues ont été découvertes sur les hauteurs du Golan.

La présence juive a perduré sur le Golan pendant les périodes romaine et byzantine à Qatzrin.

La synagogue de l’époque byzantine et la source voisine d’Ein Keshatot, surnommées en arabe Umm el-Kanatir (la mère d’Arches), l’un des plus importants sites historiques juifs des hauteurs du Golan.

La synagogue, avec son arche de la Torah en basalte richement sculptée, a été construite au Ier siècle, mais a été entièrement rénovée environ 500 ans plus tard. Le bâtiment, qui s’est effondré lors du tremblement de terre catastrophique de 749 de notre ère, mesurait 18 mètres de long sur 13 mètres de large et atteignait une hauteur de 12 mètres. Cette taille impressionnante en fait l’une des plus grandes des 30 anciennes synagogues découvertes sur les hauteurs du Golan.

Plusieurs facteurs indiquent la richesse de ce village juif à l’époque byzantine. Les sources soutenaient une industrie du lin et du textile, tandis que les deux presses à olives produisaient de l’huile destinée à l’exportation. La richesse des villageois était visible dans leur synagogue raffinée.

Cette image montre des traces d’anciennes synagogues juives trouvées sur les hauteurs du Golan.

La synagogue Ein Keshatot (Source des Arches) a été documentée pour la première fois en 1884 par Laurence Oliphant et Gottlieb Schumacher. Deir Aziz était le nom du village arabe construit sur les ruines de la colonie de l’ère talmudique.

La source DEIR AZIZ, près de la synagogue Ein Keshatot, alimentait en eau le village à l’époque byzantine.

La reconstruction achevée d’Ein Keshatot.

Le programme de restauration de 30 millions de NIS a commencé en 2003. L’ingénieur Yehoshua (Yeshu) Dray et l’archéologue Chaim Ben-David du Kinneret Academic College et de l’Université Bar-Ilan ont utilisé une technologie de numérisation 3D pour enregistrer puis remettre les pierres dans leur position initiale en les soulevant avec une grue de fortune. Récemment, le Conseil régional du Golan a amélioré la route d’accès au site.

Alors que le bâtiment s’est effondré lors du tremblement de terre de 749, Dray et Ben-David ont été surpris de découvrir que l’arche de pierre était restée intacte. Y sont sculptés une menorah, un loulav et un etrog, ainsi que des motifs géométriques.

Contrairement aux autres synagogues du Golan qui ont une ouverture au sud et sont orientées vers Jérusalem, la porte de la synagogue d’Umm el-Kanatir est située dans le mur est. L’ouverture est légèrement asymétrique et les chercheurs supposent que la porte a été décentrée pour mettre en évidence l’arche.

Parmi les découvertes archéologiques, il y avait une cache de pièces de bronze et d’or sous le sol de pierre de la synagogue. Les archéologues ont utilisé ces pièces pour déterminer si la synagogue avait été construite sous le règne de Justinien Ier, qui avait dirigé l’empire romain d’Orient de 527 à 565 de notre ère.

Près de la synagogue Ein Keshatot, une source coule toute l’année dans trois bassins. Utilisés de nos jours par les touristes pour se rafraîchir, ces bassins étaient, dans l’antiquité, la source d’eau douce du village et étaient utilisés dans l’industrie textile.

La grande piscine rectangulaire Deir Aziz située à côté du Moshav Kanaf a été construite à la mémoire d’Ashi Novik, un moshavnik tué pendant la Seconde guerre du Liban. Le site est bien entretenu, avec des vergers et des sièges répartis sur une grande surface et constitue un lieu de loisirs pour les familles qui viennent pique-niquer et se détendre.

Israël espére que la synagogue restaurée deviendrait un site populaire pour les célébrations des Bnei Mitsva, renforçant la présence juive dans le Golan et attirant davantage de touristes dans la région.

 Josephus Flavius (37-100 de notre ère) décrit les hauteurs du Golan dans son livre “Les guerres des Juifs” et mentionne la bataille entre les Juifs révoltés et les soldats romains dans la ville de Gamla (environ 70 ans).

 

À partir de la fin du XIXe et le début du XXe siècle, des associations sionistes achètent des terres dans le plateau du Golan et du Hauran, qui est alors ottoman. En 1885, des membres du vieux Yishouv achètent 15 000 dounams (environ 15 km2) dans le centre du Golan au village de Ramthaniye, puis 2 000 dounams au village de Bir e-Shagum.

De 1891 à 1894, le baron Edmond de Rothschild achète 150 000 dounams dans le plateau du Golan et jusque dans les années 1930, elles sont gérées par les organisations sionistes.

100 000 dounams sont acquis par la suite par une association sioniste Agudat Ahim society et divers projets sont tentés comme la construction du village de Tiferet Binyamin par Shavei Zion Association.

Israël dans le Golan est un fait. Les communautés internationales doivent reconnaître cela. Le Golan restera toujours sous la souveraineté israélienne car sinon, nous accepterons l’Iran et le Hezbollah sur les rives du lac Kineret.

Souhail Ftouh