| More

 

 

stop

 

Contredisant mon article sur Dreuz du 13 décembre 2015,le Journal Libération ( France) dans un article publié le 15 décembre 2015 à propos de la chanson Tala al-Badru ‘Alayna’, (La pleine lune s’est levée) chantée par des écoliers d’Ottawa, estime qu’il « s’agit d’un chant traditionnel arabe chanté au prophète Mahomet lors de son arrivée à Médine pendant l’Hégire ».

 

Cela est doublement faux.

 

La  première vérité est que le public occidental ignore qu’en réalité ce chant a été créé sur mesure et spécifiquement pour l’accueil d’un conquérant. Depuis, ce chant est devenu traditionnel.

 

La seconde vérité est que Mahomet n’est pas arrivé à Médine en 622 mais à Yathrib, une ville préislamique dont le nom fut changé plus tard par les nouveaux arrivants.

 

 

Qu’est ce qui est humiliant ? Et Pourquoi ?  

 

Cette chanson a été composée et chantée par les habitants de Yathrib en juillet 622 pour accueillir le prophète et lui faire allégeance plutôt que de le combattre. Ils se sont tous convertis à l’Islam.

 

Ce chant a été composé par cette population pour accueillir Mahomet car elle savait qu’il voulait fonder un Califat à partir de cette ville. Elle a préféré se convertir à l’Islam plutôt que de devoir le combattre, lui et ses troupes.

 

Donc, les circonstances dans lesquelles ce chant a été chanté la première fois en font un acte de soumission.

 

Il est dommage que l’auteur de l’article de Libération dissimule ou semble incapable de comprendre les circonstances de la création de cette chanson : juste après la capitulation des notables de Yathrib devant Mahomet  selon l’accord du 23 juin 622.

 

C’est précisément  le choix de ce chant islamique (dans le contexte occidental) qui n’est pas innocent.

 

Le fait de faire reprendre  ce chant aujourd’hui par des écoliers d’Ottawa, des enfants non musulmans, innocents et  qui en plus n’ont aucune idée de sa portée symbolique peut laisser entendre à des musulmans que l’arrivée des réfugies syriens au Canada sera l’équivalent de l’arrivée de Mahomet pour établir les bases du premier État islamique à Médine, un Califat, et une nouvelle religion.

 

‘Tala al-Badru ‘Alayna’ (La pleine lune s’est levée) : un choix qui n’est pas innocent

 

 

Il semblerait  donc que tous ceux qui ont cru que ce n’était qu’un simple chant de bienvenue  traditionnel ont été pris en traître. Pour les auditeurs musulmans, en tout cas, ce chant évoque indiscutablement la soumission du pays d’accueil.

 

Le fait que ce chant  ait  été chanté, en arabe, par des enfants canadiens démontre que cette initiative a été minutieusement préparée profitant de l’ignorance des organisateurs canadiens concernant la symbolique de ce chant qui s’inscrit dans le contexte  spécifique des débuts de l’expansion de l’Islam.

 

De plus, le journal Libération nous rapporte  ce « scoop » à savoir  que  le chanteur britannique Yusuf Islam (ex-Cat Stevens) a chanté ‘Tala al-Badru ‘Alayna’ (La pleine lune s’est levée) après sa conversion à l’Islam. L’auteur de l’article ne se rend pas compte que cela  montre bien que cette chanson est celle de la soumission à l’Islam. D’ailleurs, seuls les Musulmans qui vénèrent Mahomet sont censés  chanter (La pleine lune s’est levée)  ‘Tala al-Badru ‘Alayna’ .

 

 Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Souhail Ftouh pour Dreuz.info.

 

 

 

Leave a Reply

*