| More

Selon le journal libanais As Safir, Chypre a transmis à Beyrouth qu’Israël souhaite régler le contentieux sur sa frontière maritime conjointe avec le Liban. Le gouvernement de Nicosie tente d’aider au règlement du dossier.

Des sources libanaises ont confié que Beyrouth n’a pas l’intention d’entamer des négociations directes ou indirectes sur ce sujet, et s’attache à ”défendre ses droits gaziers et pétroliers off-shore”. Washington a redoublé d’efforts dernièrements pour tenter de solutionner ce dossier.

Israël s’apprête à soumettre à l’ONU le tracé de sa zone économique exclusive en Méditerranée où se trouvent des ressources gazières convoitées par le Liban, a annoncé le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman. “Nous avons déjà conclu un accord en ce sens avec Chypre (…). Le Liban, sous la pression du Hezbollah, cherche des frictions, mais nous ne renoncerons pas à la moindre parcelle de ce qui nous revient”, a-t-il indiqué.

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires stratégiques Moshé Yaalon a déclaré que l’Iran et le Hezbollah sont responsables de la pétition envoyée par le gouvernement libanais à l’Organisation des Nations Unies concernant la frontière maritime avec Israël. “Le Hezbollah et l’Iran cherchent délibérément à créer des frictions entre le Liban et Israël”, affirme Yaalon

Lors du retrait total de Tsahal du sud-Liban, les israéliens ont utilisé les documents de l’ONU de l’époque du cessez le feu de 1949. Ils ont suivi le tracé exact porté sur les cartes (originales) par les officiers de l’ONU et ont fait replacer les barbelés de la “frontière” aux endroits corrects.

Le champ gazier israélien Tamar – qui se trouve à 90 km au large du port de Haïfa – possède une capacité de 238 milliards de m3 de gaz. Il s’agit du plus important champ gazier au niveau mondial découvert ces trois dernières années. Selon les découvertes de Noble, Tamar représenterait environ 35 années des besoins d’Israël en gaz naturel

Le ministre libanais de l’Energie et de l’Eau, Gebran Bassil a annoncé en janvier 2012 que le Liban va lancer un appel d’offres pour le forage de gaz au large de ses côtes. Bassil a précisé qu’il espère signer des contrats avec des groupes pétroliers internationaux avant la fin de l’année.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*