| More

Il fut un temps ou le Liban était réellement  le pays le plus moderne et ouvert du Moyen-Orient. Le pays fut autrefois sous un mandat français. C’est le seul des 22 pays arabes qui ne soit pas « musulman » mais qui est plutôt « bi-religieux » l’une musulmane et l’autre chrétienne.

Mais avec la montée en puissance du Hezbollah, le pays devient de plus en plus crispé sur son voisin juif du sud. C’est  un défi pour toute la société puisque les juifs, ont déjà tous étaient chassés de leur terre natale.

La « cause palestinienne » est responsable de cette situation tragique. Avant 1948, la communauté juive au Liban comptait quelque 20 000 membres. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’une petite trentaine.

Le Liban n’est plus capable d’entendre et d’accepter Israël. Même les libanais eux même sont devenus des sujets de la censure, permettant de répondre aux objectifs des gouvernements, des religieux et de divers groupes antisémites.

La dernière  forme de censure : voilà que la reine de beauté libanaise est victime des lois anti-Israël dans son pays.

Amanda Hanna, ayant la double nationalité suédoise et libanaise, a perdu sa couronne après que les organisateurs du concours ont découvert qu’elle s’est rendue à l’Etat hébreu l’année dernière.

Beyrouth à privé Hanna de sa couronne de Miss Lebanon Emigrant 2017.

 

Un voyage scolaire en Israël en 2016, dont le visa apparaît sur son passeport suédois, lui a coûté son titre.

« Après avoir communiqué notre décision au ministre libanais du Tourisme, il a été décidé que Hanna devrait être dépouillée de son titre parce que sa visite en Israël viole les lois de notre pays », a déclaré dans un communiqué le Festival des émigrés libanais à Dhour Al Choueir.

Au Liban, tout contact avec des Israéliens est considéré comme étant illégal, et les contrevenants risquent une peine de prison.

Ce n’était pas la première fois qu’une candidate d’un concours de beauté libanais se retrouve en difficulté en raison de ses connexions israéliennes.

En janvier 2015, Miss Liban a failli perdre sa couronne après avoir été photographiée avec Miss Israël.

La libanaise Sally Greige devait faire l’objet d’une enquête pour avoir posé sur une photo avec la représentante israélienne au concours de beauté Miss World, Doron Matalon, qui a publié la photo sur son compte Instagram.

La libanaise s’est plus tard défendue en accusant  sa collègue israélienne de l’avoir forcée à prendre la photo à la dernière minute, et sans son consentement !!!

 

Censure cinématographique au Liban

En mai dernier le film Wonder Woman a été interdit au Liban en raison de la présence à l’affiche de l’actrice israélienne Gal Gadot. La section libanaise du mouvement antijuif Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) avait appelé le gouvernement libanais à interdire la projection.

« Cette actrice a servi dans l’armée israélienne et l’a soutenue pendant la dernière guerre à Gaza », a dénoncé le BDS dans une lettre ouverte adressée au ministère libanais de l’Economie. « Les Palestiniens ont besoin de notre soutien. Il faut poursuivre et intensifier le boycott d’Israël », a-t-il ajouté.

Souhail Ftouh

 

Leave a Reply

*