Le Ministre israélien des Communications participe à la conférence internationale sur les télécommunications à Dubaï.

 

Le Ministre israélien a plaidé mardi 30 octobre 2018 pour « la paix et la sécurité » lors d’une rare intervention durant une conférence internationale aux Emirats arabes unis (EAU).

« La paix et la sécurité, accompagnées de progrès économique et scientifique, sont la garantie pour l’avenir de nos générations futures », a dit le ministre israélien des Communications, Ayoub Kara, dans un discours en arabe lors de cette conférence internationale sur les télécommunications à Dubaï.

Membre du Likud, le parti de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, M. Kara, un druze, a affirmé que « la priorité fondamentale » de son pays était « le renforcement des relations économiques et la coopération scientifique » avec les Etats du monde.

La conférence de plénipotentiaires de l’UIT a lieu du 29 octobre au 16 novembre à Dubaï. Plus de 2 000 personnes sont attendues. La liste des participants n’est toutefois pas disponible sur le site dédié à l’événement.

 

Lundi, la ministre israélienne de la Culture et des Sports, Miri Regev, avait posté sur sa page Facebook une vidéo d’elle visitant la grande mosquée Cheikh Zayed à Abou Dhabi, capitale des Emirats, en soulignant qu’il s’agissait de la « première visite » du genre « d’un ministre israélien ».

Vêtue d’une abaya rouge et d’un voile blanc, elle était entourée d’hommes portant la tenue traditionnelle émiratie.  Elle était arrivée jeudi aux Emirats pour accompagner l’équipe nationale de judo au Grand Chelem d’Abou Dhabi. Dimanche, le judoka israélien Sagi Muki a reçu une médaille d’or alors que retentissait l’hymne israélien, là aussi une première.

Rappelons que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est revenu vendredi 26 octobre d’une rarissime visite à Oman où il a été reçu par le sultan Qabous, malgré l’absence de relations diplomatiques avec ce pays arabe du Golfe. Il s’agit d’une première depuis plus de 20 ans. La visite a été tenue secrète jusqu’au bout et n’a été divulguée que vendredi après-midi après le retour de Netanyahu.

Parmi les pays arabes, Israël n’a à ce jour de relations diplomatiques qu’avec l’Egypte et la Jordanie.

De leur côté, des responsables palestiniens se sont inquiétés d’une « normalisation » des relations entre Israël et les pays arabes, ces derniers ayant historiquement fait du règlement de la question palestinienne la condition d’une normalisation avec l’État hébreu.

Souhail Ftouh