Le ministre israélien des Communications participe, à Oman, au 32ème Conférence mondiale sur les transports routiers

Le ministre israélien des Communications, Yisrael Katz, se rend en Oman à l’invitation de son homologue omanais pour participer à la Conférence mondiale sur les transports routiers, qui se tient pour la première fois au Moyen-Orient.

La Conférence mondiale des transports routiers aura un taux de participation record cette année selon les sources arabes. Parmi les intervenants de la conférence, on compte un certain nombre de ministres, de PDG, de leaders sectoriels, d’innovateurs, ainsi que des représentants d’organisations internationales et d’agences des Nations Unies de premier plan impliquées dans les transports et le commerce dans plus de 100 pays du monde. La conférence réunira environ 1 000 participants de l’industrie du transport routier international.

 

La visite du ministre israélien des Communications, qui a eu lieu le 6 novembre 2018 , a déclenchée  l’extase de la diplomatie israélienne à la suite de la visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Oman, au cours de laquelle il a rencontré le sultan Qaboos et a coïncidé avec la présence de deux missions sportives israéliennes dans deux États du Golfe, le Qatar et les Émirats arabes unis.

Mais le plus important est l’agenda de la visite. Selon les médias israéliens, Katz présentera lors de la conférence le projet “Railways for Peace”, dont il a parlé à plusieurs reprises comme moyen de nouer des liens économiques entre les Etats arabes et Israël.

Détails du projet

Le 5 avril 2017, Katz a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a proposé la construction d’une liaison ferroviaire entre Israël, la Jordanie, l’Arabie saoudite et les États du Golfe.

A cette époque, le journal hébreu Ma’ariv commentait l’initiative Katz, affirmant qu’elle créerait des routes commerciales alternatives entre l’Est et l’Ouest, qui seraient plus sûres, notamment face aux menaces iraniennes.

L’initiative prévoit de relier la ligne de chemin de fer Marj Ben Amer entre Haïfa et la ville de Bisan en Jordanie, de l’étendre vers l’est jusqu’à la frontière avec Sheikh Hussein avec Israël, puis de la relier à la ville jordanienne d’Irbid, puis à Dammam en Arabie saoudite.

D’autre part, le chemin de fer Marj Ben Amer sera connecté aux zones sous le contrôle de l’Autorité palestinienne, grâce à la mise en place d’un passage routier vers Jenine via le passage frontalier de Jalameh, situé au nord de la ville.

Selon Katz, le projet reliant l’Arabie saoudite et les États du Golfe au port de Haïfa et le reliant à Jénine créerait un lien économique pour tous les pays et apporterait de grands avantages économiques à Israël.

Le chemin de fer Marj Bin Amer est l’une des branches du projet historique du chemin de fer Hijaz, mis en place par l’empire ottoman au début du XXe siècle pour relier Damas à Médine afin de faciliter la circulation des pèlerins et des marchandises, passant par Badra en Syrie et se dirigeant vers Haïfa et Marj bin Amer en Palestine septentrionale.

“Des milliers d’autobus turcs arrivent à bord de navires au port de Haïfa, en Israël, passe par la Jordanie puis tourne vers l’est, au lieu de passer par la Syrie”, ne pouvant pas passer par son territoire en raison de la guerre en cours, a déclaré Katz.

De quoi Israël bénéficier a-t-il?

Selon le ministre israélien, l’initiative comporte deux éléments principaux: premièrement, faire d’Israël un pont terrestre entre l’Europe et la Méditerranée et entre la Jordanie et les pays arabes à l’est et, deuxièmement, faire de la Jordanie un centre de transport terrestre via une liaison ferroviaire avec Israël et la Méditerranée (Europe) depuis l’ouest, l’Arabie saoudite, les États du Golfe, l’Iraq par l’est et le sud-est, puis la mer Rouge via Aqaba et Eilat au sud.

“Ce projet permettra de relier les Palestiniens non seulement aux ports de Haïfa, mais également à l’espace arabe, et donnera aux pays arabes une route pour accéder à la mer Méditerranée”, a déclaré Katz au quotidien Yedioth Ahronoth.

Il a souligné qu’il avait présenté le projet, soutenu par Netanyahu, à l’envoyé du président américain au Moyen-Orient, Jason Greenblatt, et que ce dernier avait exprimé son admiration pour lui et avait promis de pousser l’administration américaine à le mettre en œuvre.

 

Le ministre israélien des Transports, Yisrael Katz, lors de sa visite au Sultanat d’Oman pour présenter l’initiative “Regional Peace Railroad” lors de la Conférence internationale des transports routiers

La route maritime relie le port de Dammam, principal port de l’Arabie saoudite, à la mer Méditerranée, en passant par le golfe Persique, la mer Rouge et le canal de Suez, sur une distance d’environ 6 000 kilomètres et sur une longueur d’environ 600 kilomètres jusqu’au port d’Haïfa. La voie navigable reliant Bagdad à la mer Méditerranée en passant par la mer Rouge et le canal de Suez est d’environ 8 000 kilomètres, contre 1 600 kilomètres en passant par Israël.

Comment financer le projet

En ce qui concerne le financement du projet, le ministre israélien a déclaré qu’il avait clairement indiqué à l’envoyé américain qu’il n’avait pas besoin de l’aide financière américaine pour le mettre en œuvre, mais qu’il avait besoin du soutien des États-Unis pour la Jordanie, l’Arabie saoudite et les pays du Golfe.

Environ un an après que la conférence de presse de Katz eut révélé son projet, la deuxième chaîne israélienne révéla une réunion entre Netanyahu et Katz, précisant que les deux parties avaient convenu des détails de l’initiative et que Katz présenterait l’idée à toutes les parties concernées, telles que les États-Unis, la Jordanie et d’autres pays. D’autres pays du monde arabe, l’Union européenne et certains pays asiatiques ayant des intérêts économiques liés à la présence de routes maritimes et terrestres leur permettant de transporter leurs échanges commerciaux vers l’est.

Paix “de l’extérieur vers l’intérieur”

l y a environ neuf ans, Netanyahu, chef de l’opposition, a parlé lors de la conférence de sécurité d’Herzliya de son idée de résoudre le conflit israélo-palestinien, qu’il a cristallisée dans l’idée d’une “paix économique” fondée sur le renforcement de la coopération économique avec les pays arabes et le lien entre l’économie arabe et l’économie israélienne

Jérusalem veut réaliser finalement l’idée  selon laquelle les pays arabes, dans le cas d’une coopération économique avec Israël, feront pression sur la partie palestinienne pour parvenir à la paix.

Une étude de l’Institut israélien d’études sur la sécurité nationale (NESI) a exprimé cette tactique avec le terme “de l’intérieur à l’extérieur”, c’est-à-dire instaurer la paix avec les États arabes et ensuite la paix avec les Palestiniens. L’objectif principal du projet “Chemin de fer de la paix” est de parvenir à la paix régionale entre Israël et les États arabes.

Si Katz considère le projet comme une cause de prospérité économique, il ne cache pas qu’il “constituera la base d’un projet politique dans le futur”.

Israël tente d’exploiter la situation aux niveaux international et régional afin de faire avancer la mise en œuvre du projet, en persuadant le gouvernement américain Donald Trump de soutenir cette idée et en exhortant les États arabes à l’accepter, en tirant parti de la situation économique instable en Jordanie et du conflit entre l’Iran et l’Arabie saoudite.

“Le projet créera des itinéraires alternatifs entre l’Est et l’Ouest qui seront plus courts, plus rapides, moins chers et plus sûrs, en particulier face aux menaces iraniennes sur les routes maritimes du golfe Persique et de la mer Rouge pour éviter  les bateaux piégés et le déploiement de mines navales par les Houthis au Yémen. “, a-t-il déclaré.

Souhail Ftouh