| More

 

Des centaines de survivants de l’Holocauste à travers le monde ont participé à une soirée mondiale de Hanoukka organisée spécialement pour eux. A Jérusalem, New York, Berlin et dans d’autres villes allemandes, les survivants de la Shoah ont  allumé des bougies  de Hanoukka lors d’une cérémonie internationale.

La Nuit internationale des survivants de l’Holocauste est parrainée par la Conférence sur les réclamations matérielles juives contre l’Allemagne. Dans la capitale allemande, une vingtaine de survivants ont rencontré au Reichstag Wolfgang Schäuble, président du Bundestag, et ont allumé une menorah dans le centre communautaire juif.

Selon Greg Schneider, vice-président exécutif de la Conférence sur les réclamations matérielles juives contre l’Allemagne, environ 450 000 survivants sont encore en vie à travers le monde. La plupart d’entre eux sont des anciens citoyens soviétiques qui ont fui vers l’est.

« Durant au moins une nuit de Hanoukka, nous devons rappeler au monde l’existence des survivants de l’Holocauste », explique M. Schneider, qui participait à la cérémonie de Jérusalem.

Il a ajouté  qu’il espère qu’une nouvelle édition de la Nuit des survivants de l’Holocauste sera organisée l’année prochaine et les suivantes. L’histoire de Hanoukka « résonne avec leur propre histoire de résilience et d’impuissance : personne n’aurait cru qu’ils survivraient et, contre toute attente, ils en sortent triomphants et plus forts ».

A New York, la Nuit des survivants de l’Holocauste était organisée à la synagogue de Park Avenue. En Israël, environ 300 survivants ont assisté à une cérémonie au Kotel.

 

En Tunisie des néo-nazis arabes saccagent un événement sur l’Holocauste

Ce vendredi 15 décembre 2017, des militants  fascistes tunisiens ont détruit des documents et des affiches sur l’Holocauste. L’incident a eu lieu ce vendredi 15 décembre 2017, à la Bibliothèque nationale de Tunis alors que la police était présente dans l’établissement public relevant du ministère de la Culture.

Cette exposition avait pour objectif de faire venir des jeunes pour qu’ ils découvrent ce qu’est le traumatisme de la Shoah. Les visiteurs étaient invités à découvrir les moyens de propagande qui ont amenés à crime unique dans l’histoire en raison de sa particularité et en raison de la façon dont il a été mené.

Habib Kazdaghli, historien et universitaire tunisien, qui est chargé de la coordination de cette exposition a été jeté  dehors  de la salle par un groupe de fanatique de la cause palestinienne.

Des slogans antisémites ont été scandés contre les victimes de la Shoah avec des drapeaux palestiniens. Des insultes honteuses contre l’État d’Israël et les Juifs ont été proférées.

L’affaire a ému la communauté juive tunisienne dans la diaspora.

Les militants pro-palestiniens  revendiquent un rôle important dans la promotion de la rage anti-juive et la lutte contre la normalisation en Tunisie. La Tunisie, qui fournit la plus grande proportions de djihadistes, et qui nous a été vendu par les médias occidentaux comme un pays modéré, tolère la haine des Juifs. Même si ces fascistes sont certes minoritaires, le gouvernement  refuse de  légiférer une loi contre les forces radicalisées contre les juifs.

Le nombre de Juifs tunisiens qui ont péri durant l’Holocauste est supérieur à ce qui était estimé selon une nouvelle étude, réalisée par le chercheur Victor Hayoun. Selon lui, près de 700 juifs tunisiens y seraient morts. Cette étude a été présentée lors d’une conférence sous le thème « De Tunis à Djerba« , qui s’est tenue au Centre Dahan de l’Université Bar-Ilan, en Israël, a rapporté  le mois dernier le journal israélien Arutz Sheva.

Souhail Ftouh 

 

 

 

 

Leave a Reply

*