| More

A la suite d’une demande déposée, il y’ a deux ans, par des citoyens israéliens d’origine belge résidant à Ashdod qui se plaignaient des conséquences physiques et psychologiques des tirs de roquettes depuis la Bande de Gaza, le Parquet de Bruxelles a décidé hier d’ouvrir une enquête sur des membres du Hamas, branche militaire et politique.

La plainte a été déposée par quinze belgo-Israéliens , en 2009, par leur avocat, Me Roel Coveliers.

Les plaignants affirment avoir été victimes à des degrés divers des roquettes palestiniennes. Des milliers d’entre elles ont été tirées depuis la bande de Gaza, faisant plusieurs morts en Israël, des dizaines de blessés et surtout des milliers de personnes traumatisés, depuis que le Hamas a pris le pouvoir dans ce territoire en juin 2007. Le mouvement islamiste est aussi accusé de crimes de guerre.

Selon le droit belge, les tribunaux peuvent juger “des crimes internationaux si les victimes sont des Belges ou ont vécu en Belgique pendant au moins trois ans au moment où les faits ont été commis”.

Jusqu’à 2003, la loi “de compétence universelle” accordait aux tribunaux belges le droit de juger les auteurs présumés de crimes internationaux, même si ni les auteurs ni les victimes n’avaient aucun lien avec la Belgique. Mais à la suite d’une avalanche de plaintes concernant des dirigeants comme Ariel Sharon et George Bush, qui avait provoqué une tempête diplomatique, le Parlement belge avait abrogé la loi à l’été 2003, en en reprenant certains éléments dans le code pénal.

Le Hamas qui gouvernait Gaza, a envoyé des milliers de roquettes et des missiles sur des civils israéliens innocents. Il a détruit des vies et des familles et semer la détresse dans les rues, les écoles et les habitations des juifs israéliens.

Le Hamas est coupable de crimes de guerre (viser délibérément la population civile israélienne, tirer des missiles et des obus à partir de zones civiles – écoles, hôpitaux -, utiliser des symboles humanitaires tels que des ambulances pour tenter de jouir de l’impunité), recruter, former des enfants à la guerre, les utiliser comme boucliers humains), mais également le crime de génocide et un crime contre l’humanité (appeler publiquement au génocide ou à l’assassinat pour des raisons religieuses ou raciales comme le prévoit la charte du Hamas).

Même si pour certains les chances de voir les dirigeants du Hamas effectivement déférés devant la justice belge sont minimes, il n’en demeure pas moins la nécessité de dénoncer la caractère criminel de leurs agissements.

Après les bombardements intensifs via des roquettes sur la population civile d’Israël pendant plus de 10 ans, il est important que cette plainte soit acceptée par le Parquet belge. Et les Israéliens ressortissants des autres pays devraient faire de même.

Il y aura de plaintes un peu partout et plus grande sera la visibilité des souffrances infligées par ces criminels d’islamistes au peuple Juif. Que cela ne soit pas toujours les mêmes qui se fassent passer pour des victimes.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*