| More

Le régime iranien mène une répression silencieuse contre les Chrétiens. Téhéran mène la vie dure aux Chrétiens et surtout aux prêtres qui officient dans la clandestinité.

La Maison Blanche dit être profondément inquiete sur l’éventuelle exécution d’un pasteur chrétien en Iran. Le porte-parole du Département d’Etat, Mark Toner a déclaré que le pasteur, Youcef Nadarkhani, encourt la peine de mort pour des accusations d’apostasie en refusant d’abjurer sa foi chrétienne.

M. Nadarkhani, âgé d’une trentaine d’années, deux enfants, s’est converti au christianisme à l’âge de 19 ans et est devenu pasteur d’une petite communauté évangélique baptisée «Eglise d’Iran». Il avait été arrêté en octobre 2009 et condamné à mort pour apostasie en vertu de la charia (loi islamique) en vigueur en Iran pour les musulmans reniant leur religion. Celle-ci prévoit l’annulation des poursuites si le condamné «se repent» et renonce à sa conversion. La Cour suprême iranienne avait annulé un premier verdict de peine de mort pour apostasie prononcé en 2010 par la justice contre ce pasteur de Rasht (nord-ouest) et avait renvoyé le dossier au tribunal local en demandant que l’accusé se repente.

Emprisonné dans la ville de Lakan, placé en cellule d’isolement pendant de longs mois, Nadarkhani est sommé de revenir à la religion du Prophète.

La communauté internationale s’est alors mobilisé pour obtenir son acquittement. Le 30 septembre 2011, la secrétaire d’état américaine Hillary Clinton avait exprimé sa préoccupation quant au sort de Youcef. Les Etats-Unis ont estimé que l’Iran ferait preuve «d’un mépris total» pour la liberté religieuse si les autorités exécutaient un pasteur iranien qui refuse de renier sa foi chrétienne pour l’islam.

A quatre reprises, les juges lui ont demandé de renier sa foi et de revenir à l’islam. A chaque fois, il a refusé. La Cour Suprême iranienne, devant laquelle Youcef Nadarkhani comparaissait en appel, a donc maintenu le verdict de condamnation à mort. Le jeune homme doit être condamné à mort, sauf si dans les trois jours il acceptait d’abjurer sa foi chrétienne. Les trois jours sont écoulés, pour le pasteur iranien. Aujourd’hui, les audiences sont terminées et tous les recours sont épuisés. Youcef peut être exécuté à tout moment.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*