| More

Devant l’assemblée générale des Nations unies, le président américain Barack Obama a tenu à souligner le 21 septembre 2011que “l’engagement des Etats-Unis à la sécurité d’Israël demeure inébranlable, et notre amitié pour Israël est profonde et durable. Ainsi, nous croyons que toute paix durable doit reconnaître les défis sécuritaires auxquels Israël est confronté chaque jour. Soyons honnêtes: Israël est entouré de voisins qui ont mené des guerres répétées à son encontre ».

Obama a rappelé les malheurs et les défis du peuple juif “Les citoyens israéliens ont été assassinés par des roquettes tirées contre leurs maisons et par des attentats suicides contre leurs bus. Israël, un petit pays de moins de huit millions d’habitants, doit affronter un monde où les leaders de pays bien plus grands menacent de l’effacer de la carte. Le peuple juif porte le fardeau de siècles d’exil, de persécution, et se souvient des six millions de personnes assassinées simplement à cause de leur identité. Ces faits ne peuvent être niés. Le peuple juif a forgé un Etat dans sa patrie historique. Israël mérite une reconnaissance. Il mérite des relations normalisées avec ses voisins. Et les amis des Palestiniens ne leur font aucune faveur en ignorant cette vérité, tout comme les amis d’Israël doivent reconnaître la nécessité de poursuivre vers le voie d’une solution à deux Etats avec un Israël en sécurité à côté d’une Palestine indépendante”, a déclaré Obama devant l’Assemblée générale des Nations unies le 21 septembre 2011.

Obama a ajouté devant l’Assemblée générale des Nations unies qu “Il y a un an, j’ai souhaité une Palestine indépendante à cette tribune”, “Je croyais, et je le crois toujours, que les Palestiniens méritent leur propre Etat. Mais j’ai aussi dit qu’une paix véritable ne peut être obtenue qu’entre les Israéliens et les Palestiniens eux-mêmes”, a-t-il affirmé. “Un an plus tard, malgré des efforts intenses des Etats-Unis et d’autres (pays), les parties n’ont pas résolu leurs désaccords. Face à cette impasse, j’ai proposé une nouvelle base de négociations en mai”, a rappelé M. Obama. “Cette base est claire et nette, et tout le monde la connaît ici. Les Israéliens doivent être assurés que tout accord prendra en compte leur sécurité. Les Palestiniens méritent de connaître les bases territoriales de leur Etat”, a remarqué le président des Etats-Unis.

Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé devant l’Assemblée générale des Nations unies qu’il n’existait pas de “raccourci” pour parvenir à la paix au Proche-Orient, rejetant ainsi la démarche des Palestiniens pour y obtenir la reconnaissance de leur Etat. “Je suis convaincu qu’il n’existe pas de raccourci à la fin d’un conflit qui persiste depuis des décennies. La paix ne viendra pas de déclarations et de résolutions à l’ONU. Si c’était aussi facile, cela aurait déjà eu lieu à l’heure actuelle”, a déclaré M. Obama à New York.

“Cette année a été marquée par des bouleversements extraordinaires.” “La paix est difficile, mais nos peuples l’exige”, a t-il ajouté. “Nous nous situons aujourd’hui à un carrefour de l’histoire.”

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a chaleureusement salué l’opposition de Barack Obama à une démarche des Palestiniens pour obtenir une reconnaissance à l’ONU.

“Je pense que c’est à votre honneur, et je vous remercie”, a affirmé Netanyahu face aux journalistes, en rencontrant Obama au siège des Nations unies à New York. Au terme du discours prononcé par Obama devant l’Assemblée générale des Nations unies, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a affirmé au président américain que les négociations directes étaient le seul moyen de parvenir à la paix avec les Palestiniens. Il a également assuré que la demande d’adhésion des Palestinien fera face à un échec.

Le chef de la diplomatie, Avigdor Lieberman, s’est dit satisfait jeudi du discours prononcé à l’ONU par le président Barack Obama. “Ce discours a indiqué aux Palestiniens qu’il n’y a pas de raccourci (…) J’espère qu’il les convaincra de revenir à la réalité et de reprendre des négociations de paix” avec Israël, a déclaré Liebermann à la radio publique israélienne qui l’interrogeait depuis New-York.

L’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) a salué le discours prononcé par Obama devant l’Assemblée générale des Nations unies à New York. “L’AIPAC apprécie l’engagement inébranlable affichée par le président envers la sécurité d’Israël et ses déclarations claires décrivant les dangers quotidiens et les menaces stratégiques auxquelles Israël est confronté. Le président Obama a démontré sa compréhension des exigences légitimes d’Israël”, a déclaré le lobby pro-israélien.

La presse israélienne a salué de manière quasi-unanime le discours prononcé la veille par le Président américain Barack Obama à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Quelques heures avant son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU, le président américain Barack Obama aurait cherché à s’assurer que les futurs électeurs juifs suivraient attentivement son intervention. Trois des conseillers d’Obama ont tenu une conférence téléphonique mercredi avec des soutiens juifs du président et des dirigeants communautaires, rapporte le Yedioth Ahronoth. Les conseillers, tous juifs par ailleurs, auraient demandé à leurs partisans de “répandre l’information” selon laquelle le président américain prononcera un discours pro-israélien reflétant d’ailleurs ses propres positions.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*