| More

 

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a annoncé  le vendredi dernier dans un discours être candidat à un deuxième mandat, lors de l’élection présidentielle de mars 2018. Il s’agira du troisième scrutin présidentiel depuis la chute en 2011 du régime de Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par une révolte populaire.

«Je vous annonce en toute honnêteté et transparence (…) et en espérant que vous l’accepterez, ma candidature pour le poste de président de la République», a-t-il dit dans ce discours prononcé lors d’une conférence pour détailler les réalisations de sa présidence et retransmis en direct par la télévision publique.

Les aspirants à la présidentielle ont jusqu’au 29 janvier pour enregistrer leur candidature.

La campagne présidentielle doit débuter officiellement le 24 février et finir le 23 mars.

M. Sissi élu en 2014, a sauvé le pays des Frères musulmans après  la destitution de l’ancien président islamiste Mohamed Morsi en 2013 par l’armée.

Depuis, le pays est en proie à une vague d’attaques menées par la branche égyptienne du groupe djihadiste État islamique (EI).Des centaines de policiers et soldats, ainsi que des civils ont été tués. Les attaques à répétition contre les coptes ont fait d’eux une cible de choix pour l’EI, qui ne se contente plus seulement de viser les membres des forces de sécurité.

Les coptes représentent 10% des quelque 96 millions d’habitants de l’Égypte et sont présents dans tout le pays.

La série noire a démarré en décembre 2016 avec un attentat suicide contre une église du Caire, contiguë à la cathédrale Saint-Marc, siège du pape de l’Église copte orthodoxe Tawadros II. Bilan 29 morts. Puis, sous la menace d’extrémistes, des dizaines de familles coptes ont fui en février la région bouclée du Nord-Sinaï.

En avril 2017, deux autres attentats, contre deux églises à Tanta et Alexandrie (nord), ont fait 45 morts. En mai 2018, au moins 28 personnes, dont de nombreux enfants, ont été tuées dans l’attaque d’un bus transportant des pèlerins vers un monastère copte, dans la province de Minya, à plus de 200 km au sud du Caire. Dernière attaque en date, une fusillade revendiquée par l’EI a fait neuf morts dans une église au sud du Caire la semaine dernière en décembre 2018.

A Noël, le président Sissi s’est efforcé de rassurer la communauté copte en insistant sur l’unité de l’Égypte: « Vous êtes notre famille, vous êtes des nôtres, nous sommes unis et personne ne nous divisera ».

Souhail Ftouh 

 

 

 

Leave a Reply

*