| More

Le président palestinien Mahmoud Abbas n’est pas parvenu à obtenir le soutien de la Colombie pour la reconnaissance de l’État palestinien. Le président colombien, Juan Manuel Santos, a soutenu que la reconnaissance de l’État palestinien “doit être le fruit de négociations (entre Israéliens et Palestiniens) car c’est le seul moyen de parvenir à la paix”.

Mahmoud Abbas était en visite Colombie pour promouvoir sa démarche unilatérale d’un État palestinien aux frontières d’avant juin 1967 et l’établissement de Jérusalem Est comme capitale.

Le président palestinien en tournée latino-américaine pour promouvoir sa demande de reconnaissance de l’Etat palestinien à l’ONU, est arrivé dimanche soir en Colombie.

Le chef Palestinien est resté en Colombie jusqu’à mardi, jour lors duquel il a fait un entretien avec le président colombien Juan Manuel Santos.

Juan Manuel Santos a déjà prévenu qu’il ne modifierait pas la position de son pays, opposé à la démarche palestinienne.

Avant la gifle de Colombie, Mahmoud Abbas etait dimanche avec le président salvadorien Mauricio Funes et lui a demandé de servir de médiateur dans les pourparlers de paix entre Palestiniens et Israël. “Monsieur le Président, vous pouvez jouer un rôle de conciliateur en jouant la médiation entre la Palestine et Israël pour un règlement final”, a déclaré Abbas.

Abbas est arrivé ce mardi après-midi à Caracas, en provenance de Bogota, dans le cadre de sa campagne en faveur de l’adhésion aux Nations unies d’un Etat de Palestine. Il a eu des discusions avec Le président du Venezuela, Hugo Chavez.

“Le président palestinien a demandé à venir à Caracas et je lui ai immédiatement dit oui”, a déclaré M. Chavez, par téléphone, à la chaîne publique VTV. ” nous le recevrons avec un grand plaisir en l’honneur du peuple palestinien et de ses luttes pour la cause humaine”, a-t-il poursuivi.

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a affirmé ce mercredi que la demande palestinienne d’adhésion à l’Onu en tant qu’Etat membre à part entière, ne progresse pas pour l’instant. ”Cette demande ne mène nulle part dans un avenir proche. Même s’il y avait des progrès, un Etat (palestinien) ne verrait pas le jour grâce à l’Onu. Cela n’arriverea pas”, a-t-elle déclaré. ”Maintenant il faut revenir aux négociations pour commencer à discuter effectivement des frontières”, a-t-elle ajouté.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*