| More

Ariel Sabar écrivain et journaliste américain

Chers amis,

Le 24 mai, je présenterai à la bibliothèque juive l’écrivain Ariel Sabar, professeur d’écriture créative à l’Universté Georges Washingtonm et auteur des ouvrages My father’s paradise et Heart of the City.

Le premier ouvrage est une biographie reconstituée du père de l’auteur, expert en langue araméenne parlée par les Juifs kurdes. À la recherche du passé de son père, il décrit la société juive kurde qui, à bien des égards, rappelle celle des Juifs berbères de l’Atlas.

Son second livre traite de l’influence de l’architecture des villes sur les rencontres romantiques ou autres.

La conférence sera en anglais et je suis sûr que vous aurez plaisir à y assister.

Amicalement,

David Bensoussan

————————————————————————————
Ariel Sabar est un auteur et journaliste américain. Le premier livre Ariel Sabar a remporté en 2008 le « National Book Critics Circle Award » pour l’autobiographie. Ses écrits ont paru dans le New York Times, le Boston Globe, Washington Monthly, et d’autres publications.

Il est diplômé de l’Université Brown et il est rédacteur pour le Baltimore Sun, Christian Science Monitor, et la Providence (RI) Journal. Il a enseigné la création littéraire à l’Université George Washington et a donné des conférences sur la création littéraire dans la Brown, The University of Maryland-College Park, et de Georgetown.
A l’âge de 13 ans, il a immigré en Israël, il se plonger dans les fondements de l’araméen, la langue presque éteinte 3000 ans, la langue maternelle de Jésus et de la deuxième langue la plus sacrée des Kurdes juif après l’hébreu.

Le pére d’Ariel Sabar (Yona Sabar) est un célèbre érudit juif kurde, linguiste et chercheur. Il est né dans la ville de Zakho dans la région kurde du nord de l’Irak. Sa famille a émigré en Israël en 1951. Il a reçu un le premier degré universitaire en hébreu et en arabe de l’Université hébraïque de Jérusalem en 1963 et un doctorat au Proche-Orient langues et littératures de l’Université Yale en 1970. Il est actuellement professeur d’hébreu à l’UCLA. Il est un locuteur natif de l’araméen et a publié plus de 90 articles de recherche sur les juifs néo-araméen et le folklore des Juifs kurdes.
Son parcours d’immigrants depuis les collines du Kurdistan aux autoroutes de Los Angeles est l’objet d’un mémoire primé par son fils, Ariel Sabar, un auteur et journaliste américain.

Le livre d’Ariel Sabar’s – My Father’s Paradise qui tourne autour d’une recherche d’un fils pour son passé juif en langue kurde en Irak – a remporté le 2008 National Book Critics Circle Award pour l’autobiographie.

En 1992, Ariel Sabar est allé avec son père dans la ville de Zahko en Irak (1) pour apprendre davantage sur la foi tenace de ses ancêtres, les Juifs du Kurdistan, qui avait vécu parmi les musulmans pendant des siècles, tendant leurs croyances religieuses dans l’un des pays les plus difficiles du Moyen-Orient. Saddam Hussein était au pouvoir, à cette période de l’«arabisation» du Kurdistan, connue par la promotion agressive du nationalisme pan-arabe.

Ariel Sabar a évoqué il y’a quelques années que le président du gouvernement autonome kurde, en Irak et le chef du Parti démocratique du Kurdistan, Massoud Barzani, est un juif (2) Masoud Barzani a succédé à son père, l’ancien leader nationaliste kurde Mustafa Barzani, en tant que leader du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) en 1979.

Ftouh Souhail

(1) Los Angeles Times: Profile of Ariel and his Dad
(2) Prof. Sabar on the claim that Barzani is Jewish

Leave a Reply

*