| More

hhhh

Les musulmans du monde entier observent le Ramadan. Un mois de pénitence, fait de privation et de dévotion. Surtout au Sénégal, pays dont les 95% de la population sont des musulmans. Seulement, certaines populations ont décidé de ne pas rompre avec les vieilles habitudes, fut-il en plein mois de jeûne. A Thiès (70 km de Dakar) par exemple, le sexe se vend très bien, après la rupture du jeûne.

Derrière le marché central de Thiès, à quelques encablures de l’école primaire Daniel Brottier, dans un coin situé entre les quartiers Diakhao et Escale, se trouve un bar, Le Paradis. Et comme sont nom l’indique, il fait bon y vivre, du moins pour les prostituées et les friands de plaisir bon marché.

Parmi ces prostituées, une semble plus prisée, car les hommes lui tournaient autour comme des mouches sur une mangue. Teint clair (ou bien éclairci), environ 1m65, mini-jupe limite, pour, sans aucun doute, faire baver davantage ses « admirateurs » et aiguiser davantage les appétits.Tout cela, sous le regard hagard de plus d’une vingtaine d’hommes.Ils devront attendre le retour de cette belle de nuit, qui a regagné une maison voisine, qui visiblement abritait sa chambre ou une simple chambre de passe.

« Pour quatre mille francs (6 euros) on peut taper une bonne musulmane noire.Bref, une véritable foire au sexe en ce mois de Ramadan. Pourtant, il y a de cela quelques années, ce bar, Le Paradis, avait été la cible des limiers qui avaient ordonné sa fermeture durant le mois de Ramadan. Sauf que le puissant boss de cette structure, un certains Dias, est sans aucun doute passé par là, pour obtenir le quitus de laisser se développer un véritable commerce de sexe devant son établissement, en plein Ramadan.

Souhail Ftouh

Leave a Reply

*