| More

t 1

40 ans après sa première mise en service, le fusil d’assaut américain M-16 version longue termine sa carrière dans les unités de Tsahal, remplacé par le Tavor israélien. 

Le fusil d’assaut américain M16 est entré dans la légende depuis son baptême du feu au Viêt-nam durant les années soixante. Les GI’s : arrivant sur le théâtre d’opérations étaient dotées en priorité du M16. La force de cette arme résidait, justement, dans sa réputation d’excellence. Le M16A1 possède d’indéniables qualités : légèreté, précision, cadence de tir, robustesse, etc. ?Cette arme était si parfaite qu’elle ne nécessitait aucun entretien. Le M16 a pris dans le monde occidental la place que l’AK 47 occupait dans le monde soviétique.?Des millions d’exemplaires circulent de par le monde dans des versions très différentes. Actuellement l’U.S. Army utilise la version A4. Il est utilisé dans plus de 83 pays.

En revanche, selon les spécialités de l’armée israélienne on ne peut ignorer certaines de ses défauts comme un certain manque de puissance d’arrêt et une propension à s’enrayer dans les environnements sablonneux comme le Proche-Orient en dépit de l’adoption de la nouvelle cartouche SS109.

Le fameux M-16, qui omniprésent en Israël est déjà remplacé par un fusil bien plus performant qui équipe les troupes israéliennes : ”le Tavor” (appelé ainsi en référence au mont Thabor). Tsahal a été sélectionné le Tavor en tant qu’ une arme officielle.

Le Tavor est un fusil d’assaut ”made in Israël”, fabriqué par Israeli Military Industry ( IMI), qui est adopté par Tsahal comme le remplaçant de ses M16/M-4). Sa conception fut menée en étroite collaboration avec l’armée israélienne, qui émit des demandes précises en tenant compte de son expérience du terrain. Son développement a duré plusieurs années avant que la version définitive fut testée par des soldats. Les résultats de ces tests furent très positifs et l’armée israélienne en fut très satisfaite.

types
Il existe différentes versions du Tavor.

Techniquement le Tavor repose sur une conception de type bullpup. Ce système à pour avantage de réduire considérablement la taille de l’arme sans pour autant limiter celle de son canon. Afin qu’un droitier comme un gaucher puisse employer l’arme un simple démontage permet de changer le côté où se trouve sa fenêtre d’éjection.

La cartouche de ce fusil d’assaut est la 5,56 mm Otan, utilisée par la quasi-totalité des armes moderne de cette catégorie, placée dans un chargeur courbe contenant trente munitions. Il s’agit de chargeurs normalisés STANAG, les mêmes que ceux des M-4 américains, ce qui est particulièrement utile pour l’armée israélienne qui utilise ces derniers. Son mécanisme fonctionne par emprunt de gaz.

Le Tavor est construit en matériaux plastiques polymères qui l’allègent et le modèle de série reçoit une optique d’aide au tir, par défaut un désignateur laser « point rouge » (red dot): le viseur MARS d’ITL, ou un viseur reflexMEPRO de marque KIMBER, remplaçant les classiques organes de visée statiques (iron sights).

IMI, qui avait conçu son arme pour une distribution à grande échelle a trouvé même de débouchés importants à l’exportation. Le Tavor est déjà  vendue aux États-Unis, en Colombie, à Costa Rica, à Guatemala. Mais aussi dans des pays africains comme le  Nigeria, Niger, le Tchad (Forces Spéciales ) et le Cameroun ( Corps d’élites). En Asie le plus grand client c’est l’Inde. Un contrat d’exportation de 20 millions de dollars a été signé avec la République de l’Inde pour équiper les Forces armées indiennes. Mais aussi Thaïlande (60 milles TAR-21 commandés), l’Azerbaïdjan, la Turquie et la Géorgie. En Europe les exportations du Tavor sont encore faibles, essentiellement au Portugal. Selon des sources bien informées à Tel Aviv, le Tavor est aussi exporté en République de Croatie.

Indian army officer displays Israeli-made rifle in Shariefabad
An Indian army officer displays the Tavor-21, an Israeli-made rifle

Enfin le Tavor est aussi produit sous licence en Inde ( par  Indian Ordnance Factories) en Ukraine ( par la firme RPC Fort) et aussi en Brésil dans l’usine Rio de Janeiro ( par Latin American Aerospace and Defense LAAD).

Pour rappel Israël a été classé cinquième exportateur d’armes mondial par le groupe de consultants spécialisés dans la défense IHS Jane’s, en 2013. Quelques 9% des exportations de produits israéliens concernent la défense et représente un domaine en pleine expansion. Les exportations de matériel militaire israélien ont grimpé de 18% en 2013 pour atteindre les 7 milliards de dollars, selon les estimations du ministère de la Défense.

L’objectif à moyen terme de l’État hébreu est de viser le niveau d’exportation à 10 milliards de $ autour de technologies de défense de haut niveau, sur les marchés clés, à savoir les USA, l’Amérique Latine,l’Asie et l’Europe. Les activités d’export de défense d’Israël sont cordonnées par SIBAT, l’agence d’export de défense et de coopération de défense du Ministère de la Défense. SIBAT prend part dans la politique d’export et son exécution.

Souhail Ftouh

Leave a Reply

*