| More

D’après certaines sources, une rencontre informelle entre le Secrétaire général du parti Travailliste israélien Hilik Bar et le président irakien Jalal Talabani s’est tenu ce Mardi, 16 novembre 2010, à Paris au cours d’une réunion de l’Internationale Socialiste.

Selon M. Bar, le président irakien aurait émis le vœu de visiter Jérusalem qu’il a qualifié de ville “sainte et importante, malheureusement au centre d’un conflit politique”. Il aurait également souligné le rôle clé joué dans le passé par les Juifs irakiens dans la vie économique et culturelle du pays.

D’origine kurde, Jalal Talabani (seul chef d’Etat d’un pays arabe élu démocratiquement) a exprimé sa volonté pour le resserrement des développements économiques avec l’Etat Juif.

En juin 2009, Massoud Barzani, l’un des deux leaders kurdes d’Irak, a estimé de sa part qu’une relation entre les Kurdes et Israël “n’est pas un crime”, évoquant la possibilité d’ouvrir un consulat israélien au Kurdistan dès l’ouverture d’une ambassade à Bagdad.

Dès lors qu’une ambassade israélienne sera ouverte à Bagdad, il sera possible d’ouvrir un consulat israélien à Erbil”, chef-lieu du Kurdistan irakien, a ajouté le dirigeant kurde cité par le quotidien Al-Hayat, édité à Londres.

L’Irak n’entretient pas de relations diplomatiques avec l’État hébreu, mais son ministre des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari, et le ministre israélien des Infrastructures, Benyamin Ben Eliezer, se sont serré la main en marge d’une réunion du Forum économique mondial (WEF), fin mai 2010 en Jordanie.

En effet, La libération de l’Irak en général et émancipation du peuple kurde en particulier, après la chute du tyran Saddam Hussein, ont ouvert la voie à des revendications légitimes d’une normalisation plus rapide avec Jérusalem.

L’Irak a aujourd’hui ses propres intérêts à défendre et veut se rapprocher de l’Etat Juif, contrairement à la Turquie et de l’Iran qui voient leurs intérêts régionaux dans la confrontation avec Israël.

Les considérations économiques sont très importantes et se sont surtout les Kurdes et la direction du Kurdistan irakien qui désirent nouer un partenariat économique avec la seule démocratie de la région. Israël, qui est un pays très en avance au niveau technologique et technique, espère aider les irakiens à construire des usines modernes et faire des grands projets hydro-électrique au nord de l’Irak, région peuplée par les Kurdes.

A cet effet, Jérusalem souhaite nouer un partenariat économique destiné à stimuler le commerce avec la Région autonome du Kurdistan irakien, cette zone très prometteuse en Irak, voir même la signature d’une série d’accords commerciaux avec . Israël souhaite investir dans l’énergie, les bâtiments, communications, agriculture et encore bien d’autres domaines dans cette entité fédérale et autonome du Nord de l’Irak.

Un grand nombre de réfugiés Juifs d’Irak qui vivent aujourd’hui en Israël appuient cette démarche. Une grande partie des Juifs irakiens souhaitent aussi une naturalisation entre les deux pays.

En juin dernier, JSSNews, rapportait que Ilan Ofer (la 133ème fortune mondiale) qui gère plusieurs sociétés a effectué un voyage d’affaire au Kurdistan irakien.

Il se serait envolé d’un pays européen le 27 mai dernier vers Sulaimaniyah, au nord du Kurdistan. Pour ce voyage hautement sécurisé, une demie-douzaine de business man israéliens l’auraient accompagné pour y rencontrer le le vice-président kurde Kosrat Rasul, son fils Darbaz Rasul, ainsi que le premier ministre Barham Saleh.

Cette visite avait plusieurs objectifs dont le premier était de soutenir la population kurde. Le second était le développement économique entre Israël et le Kurdistan. En tant que Président d’Israel Corp, Ofer songe à investir une partie de sa fortune dans l’amélioration des installations pétrolifères de Kirkouk. Mieux, avec des partenaires européens asiatiques, ils sont en train de préparer un projet de construction d’une raffinerie à Bassorah (sud d’Irak).

Les responsables kurdes semblent apprécier grandement l’intérêt israélien pour cette région reconnue internationalement comme autonome du Nord de l’Irak. Encore plus depuis le refroidissement des relations israélo-turques.

Grâce à leurs génies, les israéliens peuvent aider les kurdes à sortir de la dépendance aux arabes ! Ils le méritent ! Les médias arabes surtout voient d’un très mauvais œil ce rapprochement. Je crois aussi que l’avenir du Kurdistan irakien passe par Israël. Alors vive Israël et vive la présence israélienne au Kurdistan irakien!!!

Ftouh Souhail, Tunis

Leave a Reply

*