| More

L’écrivaine, journaliste et traductrice israélienne Ruth Bondy, survivante de la Shoah, est retournée cette semaine dans son pays natal, la Pologne, pour y recevoir un prestigieux prix littéraire.

Elle a assisté en personne à la cérémonie de remise du prix Jiri Theiner à la foire mondiale du livre qui s’est tenue à Prague du 17 au 20 mai. Née à Prague en 1923, elle a été déportée à Terezin puis à Auschwitz-Birkenau et Bergen-Belsen après l’arrivée des nazis.

Bondy et sa soeur sont les seules survivantes de leur famille. En 1948, elle immigre en Israël. Le prix Jiri Theiner a été instauré l’an dernier. Il récompense les promoteurs de la littérature tchèque dans le monde.

Ruth Bondy est est née à Prague, au sein d’une grande famille juive-sioniste, dont la majorité des membres ont péri dans l’Holocauste. Son père Yoseph, un directeur de banque, est mort à Dachau le 5 Février, 1945. Sa mère est morte Frantzi un empoisonnement du sang à Theresienstadt en Novembre 1942.

Bondy est né, élevé et éduqué dans la Tchécoslovaquie. Comme beaucoup de ses contemporains, elle a reçu une formation générale dans une gamme de sujets, y compris le journalisme et le riche corpus de la littérature tchèque. Elle menait aussi une vie sociale complète, avec de nombreux amis non-juifs.

Comme la plupart des jeunes de tendance sioniste, elle appartenait à un groupe de jeunes: Noar Ziyyoni Lohem (Jeunesse sioniste Fighting), connu sous l’acronyme de Ne?a? (Eternity). Avec de nombreux membres des groupes de jeunes sionistes en Tchécoslovaquie, Bondy a été envoyé pour hakhsharah (enseignement agricole) en préparation pour son aliya terre Juive.Toutefois, l’entrée des Allemands à Prague le 15 Mars, 1939 et la nouvelle réalité face à des Juifs de la Tchécoslovaquie mettre un terme aux plans des leaders sionistes.

Nanmoins, des membres Juifs courageux ont répondu à l’appel de Jacob Edelstein (1903-1944), un dirigeant sioniste qui a dirigé l’Office d’Israel à Prague. Bondy, comme beaucoup de ses camarades, a été mobilisé pour exécuter les activités éducatives et sociales qui était devenu la responsabilité des jeunes membres des mouvements de jeunesse sionistes, réunis sous une organisation « Il-Halutz. »

En Octobre 1941, les Allemands ont décidé de mettre en place un ghetto pour les Juifs de la Tchécoslovaquie dans la ville garnison de Terezin. Construction du ghetto (désormais connu sous son nom allemand de Theresienstadt) a commencé un mois plus tard. Ce sont les jeunes membres de He-Halutz qui a préparé le ghetto pour l’arrivée imminente des Juifs. Parmi les premiers à y parvenir était Bondy puis-petit ami et ami de longue date, Honze. Quand elle est arrivée à la ghetto, Bondy avait dix-neuf ans.

En tant que membre d’un groupe de jeunes sionistes, Bondy a travaillé dans un jardin potager avec beaucoup de ses camarades et était également impliqué dans les activités éducatives qui se sont développées dans le ghetto de Theresienstadt. La plupart des membres de sa famille sont également parvenu au ghetto et plusieurs d’entre eux y périrent.

En Décembre 1943 Bondy a été inclus dans un transport forcé vers le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau avec un grand nombre de ses camarades. Dans une section spéciale du camp de Birkenau (B2b) un camp distinct a été mis en place pour les Juifs du ghetto de Theresienstadt. Bondy et ses camarades ont été envoyés dans ce camp, où hommes, femmes et enfants ont vécu ensemble, pas de seletions n’a eu lieu ici , et les chefs des prisonniers n’étaient pas rasés, mais le chiffre de détenus était tatoués sur les vitimes . Bondy a été attribué le numéro 72430. (Après avoir immigré en Israël un médecin enlevé le numéro de son bras à sa demande.)

En Juillet 1944, environ un mois après le camp de la famille tchèque a été liquidée, Bondy a été transféré avec un groupe de femmes détenues à Hambourg, en Allemagne. Un peu plus tard, suite à sa guérison miraculeuse du typhus, vint le jour de la libération.

À l’âge de vingt-deux Bondy est de retour à Prague, seul. Là, elle s’est portée volontaire pour une unité de combat composée de jeunes juifs qui voulaient immigrer pour libérer Israel et contribuer à la lutte dans la guerre d’Indépendance. En Août 1948, elle a participé à un camp d’entraînement militaire, en arrivant au port de Haïfa, le 31 de Décembre de cette année.

Une de ses premières missions a été enseignement de l’hébreu. Dans un temps relativement court, elle a commencé à écrire pour une revue tchèque. Bondy devient journaliste pour le « journal Davar », d’abord en tant que correspondant pour « Haïfa Omer », un journal « en hébreu simple pour les nouveaux immigrants.

A partir de 1953, elle est devenue un correspondant pour « Devar ha-Shavua » et « Omer à Tel-Aviv ». En tant que journaliste pour « Davar », Bondy avait apporté une contribution importante au genre journalistique de “morceaux” de couleur avec un angle d’intérêt humain, qui décrivent les gens et les lieux et de révéler le côté personnel des individus anonymes et des personnalités publiques aussi bien.

Bien que Bondy n’a pas souhaité être identifié comme un «survivant de l’Holocauste,” elle est impliquée dans des activités visant à préserver l’histoire des Juifs de la Tchécoslovaquie par Beit Terezin, le centre pour la commémoration de la communauté juive tchèque au Kibboutz Givat Haïm-Ihoud. Elle participe également à des conférences internationales en Israël et à l’étranger.

En 1981, elle est devenue membre de Sovlanut (tolérance), un mouvement non-partisane pour la prévention de la violence qui a cherché à éduquer les Israéliens sur l’importance de la tolérance. Le mouvement a travaillé principalement avec des hommes politiques, dans le but de modérer le caractère agressif de la campagne électorale.

L’écrivaine israélienne, Ruth Bondy, est figure emblématique du sionisme tcheque. Elle a menée un parcours courageux dans le mouvement de libération national en Israel. Cette femme mérite tout notre respect, car au déla du sacrifie pour les Juifs de la Tchécoslovaquie, elle s’est battue pour fonder en Israel un pays basé sur des valeurs humaines et morales.

De son mariage avec le journaliste Rafael Basan en 1954, Ruth Bondy a une fille, Tal Basan (un journaliste), ainsi que leurs petits-enfants.

Ftouh Souhail & Jewish Women’s Archive (JWA)

Ses publications en hébreu: The Emissary: The Life and Death of Enzo Sereni. Tel Aviv: 1973; Small Comforts. Tel Aviv: 1975; Felix: Pinhas Rosen and his Time. Tel Aviv: 1980; Chaim Sheba: Physician for All People. Aviv: 1981; Signed and Sealed: A Guide to Journalistic Writing. Tel Aviv: 1982; Whole Fragments. Tel Aviv: 1997; Uprooted Roots. Jerusalem: 2002.

Ses publications en anglais: Elder of the Jews: Jacob Edelstein of Theresienstadt. New York: 1989.

Taduits du tchéque à l’hébreu: ’Call Me Friend: The Children’s Newspaper “Kamarad” from the Theresienstadt Ghetto, 1943–1944. Tel Aviv: 1998; Immortality, by Milan Kundera. Tel Aviv: 1991; Jerzy Weill: Life with a Star. Tel Aviv: 1991; Hašek, Jaroslav. The Good Soldier Schweik. Tel Aviv: 1980.

Leave a Reply

*