| More

Bientôt les touristes iraient se réchauffer dans un autre pays que L’Egypte.

Le mouvement des Frères musulmans a enregistré avancée lors de la première phase des élections, selon les résultats préliminaires. Les islamistes auraient recueilli 40% des suffrages selon des estimations officieuses. Selon le décompte des premiers bulletins de vote de la première phase des élections du Parlement égyptien, les Frères musulmans remportent 40% des voix et sont en tête, a indiqué un responsable du parti. Cette première phase de législatives, qui s’est ouverte lundi, concerne le tiers des gouvernorats du pays le plus peuplé du monde arabe (80 millions d’habitants), dont la capitale Le Caire et la deuxième ville d’Egypte, Alexandrie. Le scrutin s’étalera dans les autres régions jusqu’au 11 janvier pour l’Assemblée du peuple (députés) et jusqu’au 11 mars pour la Choura

Les législatives du 28 novembre 2011 en Egypte, ont donc sans surprise confirmée la montée inéluctable des islamistes au pouvoir comme le cas, depuis le 23 octobre2011, en Tunisie.

“Les premiers résultats obtenus à l’issue du dépouillement dans la majorité des bureaux montrent que les listes du Parti de la liberté et de la justice (PLJ – issu des Frères musulmans) arrivent en tête avec plus de 40% des voix”, a indiqué le PLJ dans un communiqué. Le PLJ est suivi du parti al-Nour (salafiste) et du Bloc égyptien (coalition libérale).

Les résultats du premier tour des élections législatives seront rendus publics jeudi soir a indiqué la télévision d’Etat. Selon les premiers décomptes, les Frères musulmans seraient en tête avec 40% des voix.

Alors que les résultats officiels de l’élection législative n’ont pas encore été publiés, la confrérie islamiste des Frères musulmans a annoncé qu’elle exigeait de former le prochain gouvernement égyptien.

L’hiver arabo-islamiste gagne du terrain .Les moutons suivistes qui veulent appliquer l’islam risquent de déstabiliser la région avec l’Égypte islamisée, la Jordanie sur le chemin du renversement, la Syrie et le Liban dominés par l’Iran.
L’Occident ne doit pas craindre les islamistes qui se hissent au pouvoir à la faveur des révolutions arabes, mais plutôt coopérer avec eux, déclare le Premier ministre qatari Hamad ben Jassem al Thani dans une interview que publie le 1 decembre 2011 au Financial Times.

Al Thani estime que les islamistes “modérés” pourront contribuer à lutter contre les idéologies extrémistes. “Nous ne devons pas avoir de problème avec quiconque agit au sein des normes du droit international, arrive au pouvoir et combat l’extrémisme”, dit-il.
Le ministre des Affaires stratégiques, Moshé Yaalon, a indiqué le 30 novembre 2011 que la révolution égyptienne ”n’est pas favorable à Israël”. Dans une interview à Radio Jérusalem, cet ancien chef d’état-major de Tsahal a affirmé ne pas être sûres que ces révolutions aboutiront, et a appelé à suivre de près, avec inquiétude, les évolutions.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*