| More

L’université hébraïque de Jérusalem a lancé ce lundi une version améliorée de son site internet consacré aux archives du savant juif Albert Einstein (1879-1955), qui permettra au public de consulter plus de 80 000 documents (1).

Albert Einstein, le père de la relativité, qui fut l’un des fondateurs de la prestigieuse Université hébraïque de Jérusalem, a légué tous ses écrits à l’institution.

Historiquement, la Bibliothèque nationale juive de la capitale israélienne était la bibliothèque centrale de l’université ainsi que l’une des plus impressionnantes collections de livres et de manuscrits au monde. C’était aussi la plus vieille section de l’université. Fondée en 1892, en tant que centre mondial pour la préservation des livres relatifs à la pensée juive et à la culture juive, elle joua le rôle d’une bibliothèque universitaire centrale jusqu’en 1920. Ses collections hébraïques et juives sont les plus grandes du monde.

On peut y trouver aujourd’hui l’ensemble des Archives d’Albert Einstein. Parmi ces précieux inédits, une lettre d’Einstein envoyée en 1930 au journal arabe Falastin, dans laquelle il proposait de créer un “conseil secret” pour contribuer à résoudre le conflit judéo-arabe dans la Palestine, alors sous mandat britannique. Einstein imaginait un comité de huit personalités juives et arabes – un médecin, un juriste, un syndicaliste et un religieux de chaque côté – qui se serait réuni chaque semaine. “Cette institution s’élèverait au-dessus de la politique au quotidien”.

Le père de la théorie de la relativité, qui a quitté l’Allemagne nazie pour les Etats-Unis, a longtemps soutenu la communauté juive en Eretz. En 1952, il a refusé l’offre de devenir président -une fonction essentiellement honorifique- d’Israël.

Dans ces archives, on trouve aussi 24 lettres d’amour envoyées par le savant à sa cousine, Elsa Einstein. Il a eu avec elle une liaison pendant plusieurs années avant de finalement divorcer de sa première femme, Mileva Maric, et se remarier en 1919.

La majeure partie des lettres numérisées sont bien évidemment en allemand, mais l’université va publier des traductions et des annotations en anglais a précisé Hanoch Gutfreund, qui supervise ce travail.

Ftouh Souhail

(1) Voir : //www.alberteinstein.info

Leave a Reply

*