| More

Des militants pro-palestiniens de 22 pays ont prévu de se retrouver jeudi ou vendredi au large de la Crète pour partir livrer de l’aide humanitaire à Gaza à bord d’une flottille d’une dizaine de bateaux, ont indiqué lundi les organisateurs à Athènes. Lors d’une conférence de presse à laquelle participaient des responsables des délégations internationales participant à cette initiative, les organisateurs de cette « flottille de la liberté » ont dénoncé « les obstacles administratifs » provenant des autorités grecques qui, selon eux, cèdent aux pressions d’Israël.

Les organisateurs de la deuxième flottille de Gaza ont annoncé lors d’une conférence de presse ce lundi à Athènes: “Nous espérons pouvoir partir comme prévu dans quelques jours”, disent-ils. “Nous ne sommes pas contre Israël ou le gouvernement israélien. Nos actions sont seulement contre la politique du gouvernement israélien.”

Au cours de cette conférence de presse tenue à Athènes, les organisateurs de la flottille ont annoncé espérer “prendre le large dans quelques jours, comme initialement prévu”. Ils ont ajouté n’avoir “rien contre Israël” et vouloir simplement “contester la politique du gouvernement israélien”.

Bien qu’il ne devrait y avoir que 8 navires au lieu des 15 prévus, qu’il ne devrait y avoir que 500 militants au lieu des 1.200 prévus, plusieurs membres du Hamas comme Amin Abu Rashad et Mohammed Ahmed Hanoun, navigueront vers la petite ville côtière en compagnie de nombreux politiciens français comme Olivier Besancenot ou Nicole Kiil Nielsen. Depuis toujours, la haine du juif unit les hommes de tous horizons.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a, conformément à la décision du Cabinet de sécurité, donné l’ordre à l’armée de ne laisser aucun bateau atteindre la Bande de Gaza

Le cabinet restreint de sécurité israélien s’est prononcé lundi 27 juin pour une résolution visant à empêcher l’arrivée de la flottille pour Gaza en Israël. Tsahal est chargée, en vertu de ce texte, de ”stopper de façon ferme” la flottille, mais d’éviter les pertes humaines. Parallèlement, Israël va continuer à tenter d’empêcher l’arrivée de la flottille, par les voies diplomatiques.

Le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman a affirmé ce mardi que ”les participants à la flottille pour Gaza sont des terroristes, qui cherchent à créer des provocations et cherchent le sang”. ”En tout état de cause, nous saurons faire face à la flottille de façon adéquate. Grâce à notre activité diplomatique, le nombre de bateau, leur taille, et le nombre de participants ont considérablement diminué”, a-t-il ajouté.

Il semble aussi que le gouvernement grec agit en toute conformité avec la loi internationale pour empêcher la flottille. En plus l’ONU s’apprête à rendre un rapport favorable à Israël sur la flottille 2010, alors que la Croix Rouge affirme qu’il n’y a aucune crise humanitaire à Gaza.

La radio publique a indiqué que l’Egypte avait déjà accepté que les bateaux accostent au port d’El-Arish, situé à quelque 50 kilomètres à l’ouest de la frontière égyptienne avec Gaza.

En cause : l’illégalité de la flottille aux yeux des lois internationales. Et le danger que cela fait courir aux participants alors que totue l’aide humanitaire peut-être transférée aisément depuis un port israélien ou égyptien

Le gouvernement israélien a répété que toute l’aide humanitaire est la bienvenue à Gaza depuis le port égyptien d’El Arish ou israélien d’Ashdod. En mai 2010, plusieurs milliers de tonnes d’aide humanitaire arrivées sur la flottille avaient été transférés aux gazaouis.

D’autre part Binyamin Netanyahu a ordonné l’annulation de la menace proférée par le Bureau gouvernemental de presse à l’encontre des journalistes étrangers qui se joindront à la flottille vers Gaza pour couvrir l’événement, de les chasser du pays pour une période de 10 ans. M. Netanyahu a enjoint les autorités compétentes à mettre au point un règlement spécial à ce sujet.

Netanyahu a également fait savoir qu’il autoriserait les médias israéliens et étrangers à monter sur les navires de guerre qui iront intercepter la flottille afin de permettre une couverture transparente et objective des événements.

L’annonce dimanche, du Bureau de presse gouvernemental (GPO) israélien, avait soulevé les protestations de la presse étrangère basée en Israël, les critiques de certains médias locaux et des organisations de défense des droits de l’homme.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*