| More

thanksgiving

De plus en plus de Chrétiens américains qui vivent dans l’Etat d’Israël et des Juifs américains aux USA célèbrent Thanksgiving, ou Action de grâce qui à l’origine est une fête célébrée au Canada le deuxième lundi d’octobre ( ce lundi 14 octobre 2013) et aux États-Unis le quatrième jeudi de novembre.

Historiquement,Thanksgiving était un jour de fête chrétienne durant lequel on remerciait Dieu par des prières et des réjouissances pour les bonheurs que l’on avait pu recevoir pendant l’année.

L’origine du nom de cette fête est juif “Shelem”. Il veut dire offrande de paix, récompense, sacrifice pour alliance volontaire de remerciements.

”Tu m’élèveras un autel de terre, sur lequel tu offriras tes holocaustes et tes sacrifices d’actions de grâces (Shelem), tes brebis et tes bœufs. Partout où je rappellerai mon nom, je viendrai à toi, et je te bénirai.” (Exode 20 : 24)

”Lorsque quelqu’un offrira à l’Éternel un sacrifice d’actions de grâces (Shelem): S’il offre du gros bétail, mâle ou femelle, il l’offrira sans défaut, devant l’Éternel” (Lévitique 3 : 1).

Thanksgiving est une fête nord-américaine en fonction de ses origines et de la manière dont elle est célébrée. Il n’y a aucun problème halakhique avec les Juifs américains qui célèbrent Thanksgiving. En d’autres termes , les Juifs sont autorisés par la loi juive pour célébrer Thanksgiving(1). Les Juifs américains ont beaucoup de raisons d’être reconnaissants. L’Amérique a été plus que juste avec les les Juifs.

Aujourd’hui c’est Israël qui est très juste et généreuse envers les chrétiens.

Israël prend soin de  la vie chrétienne en terre sainte.

Seul État non arabe et non musulman du Proche-Orient,Israël prend soin de  la vie chrétienne en terre sainte.L’Etat juif est l’unique de la région dans lequel la population des fidèles du Christ augmente. 
Israël est le seul pays au Moyen-Orient où la population chrétienne augmente, alors qu’en Cisjordanie sous l’Autorité palestinienne, elle a diminué de 29%.

Israël  est « le seul endroit au Moyen-Orient [où] les chrétiens sont vraiment sen sécurité », selon le vicaire de l’église St George à Bagdad, Canon Andrew White.

Selon une étude menée par le Bureau central des statistiques israélien (CBS), ils sont 158 000 chrétiens à vivre dans le pays à ce jour et représentent 2 % de la population. A peu près 80 % d’entre eux sont arabes, les autres, étant majoritairement issus des vagues d’immigrations en provenance de l’ex-Union soviétique, ont bénéficié de la loi du retour. Quant à la croissance démographique de la population chrétienne, elle n’est que de 1,3 % par an, loin derrière celle des juifs et des musulmans, respectivement de 1,8 % et 2,5 %, selon ce même rapport.

Au fil des ans, les Arabes chrétiens sont devenus ceux ayant le meilleur taux de réussite aux examens du baccalauréat. Le site du Patriarcat latin de Jérusalem a relevé qu’ au fil des ans, les Arabes chrétiens ont obtenu les plus forts taux de réussite aux examens, en comparaison avec les musulmans et les druzes et avec tous les étudiants dans le système éducatif juif. Dans l’année scolaire 2010, 63 % des étudiants chrétiens de 12e année ont obtenu le BAC, contre 46 % des musulmans, 55 % des druzes et 58 % des étudiants juifs.  

Israël déroule aussi le tapis rouge pour les touristes chrétiens.

L’année dernière, 3.5 millions de touristes ont visité l’État Juif. Deux tiers étaient des Chrétiens.

Alors que les violences et discriminations à l’encontre des chrétiens ont augmenté ces dernières années dans plusieurs pays d’Afrique sub-saharienne et du Moyen-Orient, plus de 5.000 pèlerins chrétiens de 100 pays se sont rendu en Israël, le mois dernier, dans le cadre d’(ICEJ) et l’Ambassade Chrétienne Internationale de Jérusalem pour la fête des Tabernacles (Sukkot).

Fondé en 1980, le ICEJ est l’un des plus grands organisations chrétiennes pro-israélienne dans le monde avec des succursales dans plus de 140 pays.

Le festival a commencé le 20 septembre 2013 à l’Hôtel Oasis à Ein Gedi, sur la Mer Morte et se poursuivra pendant à l’International Convention Center de Jérusalem. La célébration d’une semaine avait généré plus de 16 millions de dollars de recettes, et etait le plus grand événement touristique annuel en Israël.

«Nous sommes ravis que des milliers de chrétiens du monde entier arrivent à Jérusalem pour participer à notre rendez-vous annuel de la fête, malgré les récentes tensions dans la région et le conflit syrien», a déclaré le Dr Jürgen Bühler, exécutif de l’ICEJ directeur  ». Cette  visite à Jérusalem est un message opportun de solidarité avec le peuple d’Israël. » a t -il ajouté.

Un certain nombre d’éminents leaders ont pris la parole lors de l’événement, y compris Billy Wilson, René Terra Nova, Lance Lambert, Howard Fleur, et Susan Hattingh. Plusieurs responsables israéliens de haut rang sont venus de prendre la parole.

En Août dernier, des dirigeants de différentes obédiences chrétiennes se sont rencontrés aussi en Israël.Des sommités des Eglises luthérienne, latine, grecque orthodoxe et évangélique ont rencontré des journalistes de la scène internationale dans la Vieille Ville de Jérusalem pour discuter de la situation actuelle de la communauté chrétienne en Terre Sainte. Une rencontre sous les auspices du Bureau de presse du gouvernement israélien.

Le père Pierbattista Pizzaballa, du monastère franciscain Saint-Sauveur dans la Vieille Ville, a rappelé les relations historiquement ténues entre chrétiens et juifs, tout en soulignant leur très nette amélioration ces 50 dernières années. « L’histoire entre l’Eglise et le Judaïsme est connue », explique Pizzaballa. « Ces 50 dernières années les relations ont changé radicalement en mieux, mais on ne peut pas effacer le passé aussi facilement. Bien sûr les problèmes sont toujours là, parce qu’il est impossible d’effacer 2 000 ans de problèmes en 50 ans », ajoute-t-il.

Tout en admettant que « beaucoup doit encore être fait », il fait observer que la présence de l’Eglise catholique en Israël, depuis 800 ans, devrait lui conférer une plus grande légitimité. « Les catholiques ne sont pas des étrangers ici, ce sont des citoyens israéliens », notait-t-il.

Particularité de ces fidèles venus du monde entier : ils ont affirmé haut et fort leur attachement et leur soutien à Israël. Pour eux, c’est la Bible qui définit les frontières du pays, ce qui n’est pas toujours dénué de connotation politique.

Souhail Ftouh

(1) Should Jews Celebrate Thanksgiving?

chir

Leave a Reply

*