| More

Les contacts se multipliaient ce vendredi entre autorités israéliennes, détenus palestiniens et organisations internationales pour “trouver une solution” à la grève de la faim d’au moins un tiers des prisonniers palestiniens d’Israël.

Les proches des détenus palestiniens incarcérés en Israël ont bloqueé ce Jeudi, 10 mai, l’accès aux locaux de la Croix Rouge à Ramallah. Ils tentent ainsi d’en appeler à la communauté internationale d’intervenir dans le dossier.

Plusieurs dizaines de Palestiniens ont bloqué aussi le mercredi l’accès aux bureaux de l’ONU à Ramallah, pour presser le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon d’intervenir en faveur des détenus en grève de la faim en Israël. Les manifestants, qui empêchaient les employés de l’ONU d’entrer, brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire en anglais “UNfair” (injuste, jeu de mots sur le sigle de l’ONU en anglais: UN).

Le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a appelé mercredi Israël à juger les prisonniers palestiniens en détention administrative ou à les libérer immédiatement. Selon son porte-parole à New York, Ban Ki-moon a indiqué qu’il « continue de suivre avec inquiétude cette grève de la faim […] particulièrement en ce qui concerne ceux qui sont en détention administrative ». Il a aussi appelé à « éviter une détérioration de leur état de santé

L’ambassadeur palestinien à l’ONU a attiré l’attention du Conseil de sécurité sur le sort de dix terroristes palestiniens en grève de la faim dans des prisons israéliennes et qui ont été selon lui hospitalisés “dans un état grave”.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a mis en garde Israël contre la mort d’un seul des terroristes palestiniens incarcérés en Israël, en grève de la faim. ”Ce sera une catastrophe et personne ne pourra contrôler la situation”, a-t-il affirmé à l’agence Reuters. ”J’ai précisé aux Israéliens et aux Américains que s’ils ne résolvent pas immédiatement le problème, ils commettront un crime”, a-t-il ajouté. Quelque 1600 détenus palestiniens ont entamé une grève de la faim depuis le 17 avril pour dénoncer leurs conditions carcérales.

Un dirigeant du mouvement islamiste Hamas à Gaza, Khalil al-Haya, a mis aussi mis en garde les israéliens contre les conséquences ”imprévisibles” du décès d’un des détenus palestiniens en grève de la faim. “Si cela se produit, attendez vous à tout de notre part, l’attendu comme l’inattendu”, a prévenu le responsable du Hamas, sans autre précision.

Un dirigeant du Djihad islamique à Gaza, Mohamed Hindi, a mis en garde Israël dimanche soir contre une troisième intifada en cas de décès d’un des détenus palestiniens en grève de la faim.

“De plus, les factions palestiniennes donneront à Israël une leçon qu’il ne sera pas près d’oublier”, a-t-il ajouté, lors d’un discours tenu dans une tente de solidarité avec les détenus palestiniens à Gaza. Il a par ailleurs appelé l’Egypte et la Jordanie à fermer les ambassades israéliennes sur leur sol, pour dénoncer la politique d’Israël à l’égard des terroristes incarcérés par ses soins.

Lors d’une manifestation le vendredi à Kfar Kana, en Galiliée, le chef du parti Balad, Jamel Zahalka, a mis en garde contre une troisième intifada si l’un des terroristes palestiniens en grève de la faim dans les prisons d’Israël, ne meurt. ”C’est le calme avant la tempête”, a-t-il averti. Les terroristes du Hamas au pénitencier de Nafha, affirment que 30 d’entre eux ont été placés à l’isolement, afin de ”mater leur lutte”.

Le CICR (Comité international de la Coirx-Rouge) a demandé mardi le transfert à l’hôpital de six détenus palestiniens grévistes de la faim suite à la détérioration de leur état de santé.

La Haute Cour de justice a repoussé lundi l’appel de deux détenus palestiniens, en grève de la faim pour protester contre leur détention administrative. Commentant cette décision, le juge Elyakim Rubinstein a précisé que ces deux détenus étaient suspectés d’actes terroristes.

Par ailleurs la mesure d’isolement de deux prisonniers de longue durée a été levée mercredi soir à l’issue de tractations, satisfaisant ainsi partiellement à une revendication des grévistes, ont rapporté la radio publique israélienne et le quotidien palestinien Al-Quds.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*