| More

h5

Ariel Sharon, longtemps l’homme fort de la droite nationaliste israélienne, est mort samedi après-midi au terme d’un coma de huit ans. Environ 5000 personnes, dont des chefs de gouvernements étaient présents, ce lundi 13 janvier 2014, à l’inhumation de l’ancien leader israélien qui a été  inhumé en présence de sa famille.

Très tôt ce lundi matin, israéliens et étrangers ont afflué en masse au  ranch familial des Sycomores pour assister à la cérémonie retransmise en direct sur la chaîne nationale de télévision.

La plupart des dirigeants israéliens étaient présents, ainsi que “les représentants de vingt pays”, rapporte le quotidien.

Compte tenu de la proximité de Gaza contrôlée par le mouvement terroriste palestinien Hamas, l’armée de l’air , les services de sécurité et la police ont dépêché des renforts tout en élevant leur niveau d’alerte de crainte de tirs de roquettes.  800 policiers ont été déployés .Des batteries du système antimissile mobile “Iron Dome” (Dôme de Fer) ont été déployées dans le secteur.

“Nous avons pris en compte tous les scénarios possibles. L’armée est prête à réagir immédiatement en cas de besoin”, a prévenu le chef de la police dans le sud du pays, Yoram Halevy, à la radio militaire.

Par précaution, le nombre de drones surveillant en permanence la bande de Gaza a été augmenté pour tenter de repérer d’éventuels terroristes arabes en train de se préparer à tirer vers le sud d’Israël, a ajouté la radio.

Le Président Shimon Peres  a prononcé un vibrant hommage :« Mon cher ami, Arik Sharon, a perdu sa bataille finale aujourd’hui. Arik était un soldat courageux et un chef audacieux qui aimait son pays et sa nation l’aimait. C’était l’un des grands protecteurs d’Israël et l’un de ses plus importants architectes, qui ne connaissait pas la peur et n’a certainement jamais craint l’avenir. Il a su prendre des décisions difficiles et les mettre en œuvre. Nous l’aimions tous et il nous manquera beaucoup. J’adresse mes condoléances à la famille Sharon. Qu’il repose en paix “.

La mémoire de l’ex-premier ministre israélien Ariel Sharon vivra « à jamais dans le cœur de la nation », a affirmé le chef du gouvernement israélien, Benyamin Nétanyahu. 

« L’Etat d’Israël s’incline devant la disparition de l’ancien premier ministre Ariel Sharon », a-t-il déclaré, en exprimant son « profond chagrin ».

Les chefs de gouvernements ainsi que les personnalités politiques à l’international se sont succédé pour lui rendre hommage.
Les pays occidentaux, la Russie et l’ONU ont déjà rendu hommage à la mémoire d’Ariel Sharon après sa mort samedi 11 janvier.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a de son côté salué le« courage politique » dont Ariel Sharon avait fait preuve en ordonnant le retrait israélien de Gaza en 2005.

Évoquant les négociations de paix israélo-palestiniennes auxquelles participe « son successeur », Benyamin Nétanyahu, M. Ban « appelle Israël à s’inspirer de l’héritage de pragmatisme [de Sharon] pour s’efforcer de créer enfin un Etat palestinien indépendant et viable, aux côtés d’un Israël en sécurité ». Et « renouvelle l’engagement des Nations unies à travailler avec le gouvernement et le peuple d’Israël en faveur de la paix et la sécurité ».

Le président américain Barack Obama et ses deux prédécesseurs George W. Bush et Bill Clinton ont salué la mémoire de l’ancien Premier ministre aux obsèques duquel le vice-président américain Joe Biden a participé.

« Au nom des Américains, Michelle et moi présentons nos plus sincères condoléances à la famille de l’ancien Premier ministre Ariel Sharon et au peuple d’Israël pour la perte d’un leader qui a consacré sa vie à l’État d’Israël », a déclaré Barack Obama dans un bref communiqué.

« Nous réaffirmons notre engagement inébranlable en faveur de la sécurité d’Israël et notre attachement à l’amitié durable entre nos deux pays et nos deux peuples », a souligné le président.

Obama a présenté ses condoléances aux Israéliens et à la famille de l’ancien premier ministre israélien, qu’il décrit comme « un leader qui a consacré sa vie à l’Etat d’Israël ». « Nous réaffirmons notre engagement inébranlable en faveur de la sécurité d’Israël et notre attachement à l’amitié durable entre nos deux pays et nos deux peuples », a déclaré le président.

« Nous restons attachés à une paix durable et à la sécurité pour le peuple d’Israël, y compris par notre engagement en faveur de l’objectif de deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité », a-t-il poursuivi.
« Alors qu’Israël fait ses adieux au Premier ministre Sharon, nous nous joignons aux Israéliens pour rendre hommage à son engagement pour son pays ».

« J’ai eu l’honneur de connaître cet homme de courage et de l’appeler mon ami », a-t-il déclaré. « Il entre à la postérité comme un guerrier et fut un partenaire pour tâcher d’obtenir la sécurité dans la Terre Sainte et la paix au Moyen-Orient ».

L’ancien président Bill Clinton et son épouse Hillary, secrétaire d’État de 2009 à 2013, ont également salué la mémoire de l’ancien Premier ministre qui « a donné sa vie à Israël ».

« Ce fut un honneur de travailler avec lui, de débattre avec lui, et de le voir toujours en train de chercher la bonne voie pour son pays adoré », poursuit l’ancien président.

Bill Clinton et son épouse Hillary, ancienne secrétaire d’Etat, ont rendu hommage à l’homme politique dans un communiqué commun.
« Ariel Sharon a donné sa vie à Israël, pour lui donner vie, le soutenir et lepréserver, et à la fin de sa longue carrière il a créé un nouveau parti politique dédié à une paix juste et une sécurité durable », a déclaré Bill Clinton au nom de son couple. 
« Ce fut un honneur de travailler avec lui, de débattre avec lui, et de le voir toujours en train de chercher la bonne voie pour son pays adoré », poursuit l’ancien président.

Bill Clinton fut président des États-Unis de 1993 à 2001, une période durant laquelle Ariel Sharon occupa plusieurs postes ministériels.

« Le voyage d’Ariel Sharon a été celui d’Israël », a déclaré le secrétaire d’État John Kerry dans une longue déclaration où il évoque « ce gros ours d’homme ». « Le rêve d’Israël a été sa raison de vivre et il a joué le tout pour le tout pour faire vivre ce rêve ».
« Durant toute sa carrière politique, ce n’est un secret pour personne que les Etats-Unis ont parfois eu des divergences avec lui », a ajouté le chef de la diplomatie américaine.

« Mais que vous soyez d’accord ou non avec ses positions – et les opinions d’Arik (diminutif d’Ariel utilisé par les Israéliens, ndlr) étaient toujours claires comme de l’eau de roche – vous ne pouviez qu’admirer cet homme, déterminé à assurer la sécurité et la survie de l’État juif ».

Les républicains ont également célébré la carrière politique et militaire d’Ariel Sharon.

Le qualifiant d’un des plus grands « guerriers et hommes d’État de l’histoire moderne », le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, a estimé que « la contribution de Sharon à la création d’Israël et à la défense de son indépendance (était) inestimable, et sa dévotion à la paix incontestée ».

En Europe, le président François Hollande a déclaré qu’Ariel Sharon avait été« un acteur majeur dans l’histoire de son pays ». « Après une longue carrière militaire et politique, il a fait le choix de se tourner vers le dialogue avec les Palestiniens », a affirmé le président français.

« Ariel Sharon est une des personnalités les plus significatives dans l’histoire d’Israël et, en tant que premier ministre, il a pris des décisions courageuses et controversées en vue de la paix », a réagi le chef du gouvernement britannique David Cameron. 

La chancelière allemande Angela Merkel a relevé que ce « patriote israélien » avait, « par sa décision courageuse de faireretirer les colons israéliens de la bande de Gaza, (…) fait un pas historique (…) vers une solution de deux Etats ».

Pour le président du Conseil italien Enrico Letta, il a été « un leader généreux qui a marqué l’histoire d’Israël », tandis que pour Silvio Berlusconi, plusieurs fois à ce poste par le passé, il a été « courageux en guerre, clairvoyant en politique, infatigable dans la recherche d’une paix juste ».

Sharon a été « un brillant commandant militaire, mais aussi un homme d’Etat sage qui voyait la nécessité de la paix », a commenté, en Suède, Carl Bildt, le ministre des affaires étrangères.

Il a « entrepris des démarches courageuses en vue de la paix dans la région », a dit son homologue néerlandais Frans Timmermans.

Ariel Sharon « a joué un rôle clé dans l’histoire récente d’Israël », a noté le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. « Il a laissé sa marque sur l’ensemble du Moyen-Orient », a renchéri le chef du Parlement européen, Martin Schulz.

Quant au président russe Vladimir Poutine, il a parlé d’un« grand homme politique et militaire » et de « sa haute autorité sur la scène internationale ».

Souhail Ftouh

H4

Leave a Reply

*