Les Émirats arabes et l’armée israélienne participent à un exercice aérien en Grèce

 

Les forces armées des Émirats arabes unis participent depuis la semaine dernière, avec les forces d’un certain nombre de pays, à un exercice militaire commun en méditerranée

Des pilotes israéliens et des Émirats arabes unis volent côte à côte dans le cadre d’Iniohos 2019, le plus grand exercice militaire annuel de la Grèce. L’exercice a débuté le 1er avril 2019 à la base d’Andravida dans le Péloponnèse et se termine le 12 avril.

L’exercice multinational a vu la participation de la Grèce, d’Israël, des Emirats Arabes Unis, de l’Italie et des États-Unis.

Les États-Unis, l’Italie, Chypre et la quasi-totalité de la flotte de l’armée de l’air hellénique (HAF) prennent part à cet exercice, qui comprend des opérations aériennes complexes et comprend également des forces navales et terrestres.

L’exercice «INIOCHOS» est un exercice annuel de moyenne envergure organisé par l’Armée de l’air hellénique dans les locaux du Centre de tactique aérienne (ATC) de la base aérienne d’Andravida, située dans le nord-ouest du Péloponnèse. Il vise à former les équipages aériens à participer à des positions de combat aérien, ainsi qu’à traiter des cibles au sol utilisant des munitions réelles dans un environnement de combat réel.

Israël a aussi traditionnellement participé à ces manœuvres et les États du Golfe n’annoncent pas cette implication israélienne, mais ce sont les médias israéliens qui le révèlent.

«L’objectif de l’exercice est de fournir une formation opérationnelle réaliste dans des conditions qui ressemblent à un environnement de combat complexe et comportant plusieurs menaces afin de maximiser les capacités opérationnelles de la Force aérienne», dit un communiqué publié par la HAF.

Dans le cadre de l’exercice, les pilotes israéliens ont participé à la formation de sept avions, composés de F-35, F-4, M-2000 et Tornado survolant le centre d’Athènes la semaine dernière.

L’exercice annuel n’est pas la première fois que des pilotes israéliens et émiriens participent au même exercice militaire. En août 2016, les deux pays ont participé à l’exercice Red Flag organisé par l’armée de l’air américaine au Nevada, aux côtés de représentants du Pakistan.

Compte tenu du nombre élevé de membres du personnel de la HAF et de notre capacité à mener des exercices faisant appel à divers systèmes d’armes dans l’une des plus grandes zones d’entraînement d’Europe, l’exercice INIOCHOS tend à devenir l’un des exercices les plus compétitifs d’Europe et de la région méditerranéenne, et offre aux participants un niveau élevé de formation et une expérience unique de participation », a observé HAF.

Alors qu’Israël et les EAU n’ont pas de relations diplomatiques formelles, la menace croissante posée par l’expansion iranienne dans la région a conduit certaines monarchies du Golfe à s’engager avec l’État juif.

En dépit de importantes manœuvres impliquant l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis chaque année, les commandants militaires américains se sont plaints de la piètre performance des forces du Golfe, en particulier de l’aviation comme à la guerre au Yémen.

Israël s’est récemment vanté d’une coordination sans précédent en matière de sécurité avec les Émirats arabes unis.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait déclaré que les services de sécurité israéliens avaient déjoué le bombardement d’un avion lors d’un vol entre Abu Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, et la ville australienne de Sydney.

Il avait ajouté, selon la chaîne la”13″ chaîne, que les autorités israéliennes ayant déjoué 40 attaques terroristes de “Daash” l’année dernière. La déclaration de Netanyahu reflète l’existence d’une coordination de sécurité commune entre les Émirats arabes unis et Israël, la première fois qu’une telle coopération un pays du Golfe était discutée.

Dans le même contexte connexe, le Premier ministre israélien a affirmé que “la plupart des pays arabes ne nous considèrent plus comme un ennemi et que nos relations avec eux se sont développées de manière significative“, expliquant: “Notre intérêt pour la Conférence de Varsovie était axé sur le danger de l’Iran et les Arabes étaient présents avec nous à cet égard“.

En février 2019, la conférence de Varsovie s’est tenue pour faire face aux défis de l’Iran au Moyen-Orient, avec une participation arabe et internationale impressionnante. Un certain nombre de ministres arabes, notamment le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, étaient à la même table que le Premier ministre israélien lors d’une conférence boycottée par l’Autorité palestinienne.

Les Émirats arabes unis ont accueilli un certain nombre de responsables israéliens lors de visites publiques et privées au cours des derniers mois, dans le cadre de la normalisation en Abou Dhabi et Jérusalem.

En octobre 2018, Benjamin Netanyahu est devenu le premier Premier ministre israélien à se rendre à Oman. Le même mois, la ministre israélienne de la Culture et des Sports, Miri Regev, a effectué une visite historique aux Émirats arabes unis pour assister à la compétition entre la délégation israélienne et le Grand Chelem du judo à Abou Dhabi.

Souhail Ftouh