| More

Alors que la présidence de l’université Paris VIII a décidé d’annuler la conférence anti-israélienne prévue les 27 et 28 février 2012, à l’initiative du Collectif Palestine, une pétition a été signée pour exiger le maintien de cette conférence ,en infraction avec les lois françaises.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) s’élève une fois de plus contre ce projet. Les thèmes du colloque étaient principalement axés contre Israël, accusé faussement d’apartheid, et contre lequel il etait prévu d’appeler illégalement au boycott généralisé de cet Etat juif.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) avait vivement protesté dans un communiqué publié contre l’organisation d’un colloque fin février 2012 à l’université de Paris VIII à Saint-Denis dans le cadre d’une semaine intitulée “Israël Apartheid Week”. “Le CRIF est particulièrement heurté que les 27 et 28 février prochain, à l’Université de Paris VIII, des conférences aient pour thème : “l’apartheid, un concept pertinent pour l’analyse de la question palestinienne” et “le boycott d’Israël, une mise en perspective”, dit le communiqué.

Le CRIF s’est insurgé contre le fait que devaient se tenir à l’Université de Paris VIII, des conférences ayant pour thème “L’apartheid, un concept pertinent pour l’analyse de la question palestinienne” et “Le boycott d’Israël, une mise en perspective”. Cela pour ainsi promouvoir le boycott des échanges scientifiques et économiques avec l’Etat d’Israël.

Il a obtenu gain de cause et ce rassemblement a été annulé.

Le 17 février dernier, le président de l’Université Paris-VIII a en effet finalement décidé d’annuler la manifestation prenant en considération le risque sur le principe de neutralité du service public, soulignant dans un communiqué : :

«…. la présentation de ce colloque comme étant universitaire, ainsi que la présence répétée de Paris VIII sur les supports de communication relatifs à ce colloque peuvent être, en eux-mêmes, de nature à créer une confusion susceptible de porter atteinte à l’exigence d’indépendance de l’université de toute emprise politique ou idéologique. Les réactions suscitées par la tenue de cette manifestation, dès lors qu’elles mettent en cause l’université, démontre qu’une confusion s’est installée et qu’un risque réel pèse sur le respect du principe de neutralité du service public d’enseignement supérieur et de recherche.».

Le BNVCA a également demandé plus tôt cette semaine à l’université de ne pas abriter le colloque qui “incite à la haine de l’Etat juif et pousse à l’acte antisémite”, laissant entendre qu’il pourrait déposer plainte.

Le (BNVCA) a saisi la présidence de l’Université de Paris 8 à Saint Denis, pour lui demander de ne pas abriter un colloque organisé par le Collectif Palestine, sur les thèmes “Israël Apartheid”et “Boycott contre Israël”. L’appel à boycott constitue un délit prévu et réprimé par les lois françaises (Art 225 du Code pénal), rappelle le BNVCA.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*