| More

Certains juristes nous font remarquer (voir “Europe Israël” du 6 janvier dernier) que les Européens, si sévères pour ce qui est des implantations israéliennes dans les territoires disputés en Judée Samarie, manifestent , par contre, une grande complaisance à l’égard de l’installation de nombreux retraités européens au Nord de Chypre occupé par la Turquie.

Il convient de rappeler qu’en 1974, l’armée turque a envahi Chypre, Etat indépendant depuis 1960, et elle occupe à ce jour 37% du territoire de cette île. Le Conseil de Sécurité des Nations Unies avait d’ailleurs adopté une Résolution, la 353, exigeant “de mettre un terme immédiat à l’intervention militaire étrangère et a un retrait sans délai de la République de Chypre”.

Il n’en fut rien et au fil des ans, 160.000 colons turcs se sont installés dans ce territoire occupé ainsi que des acheteurs européens de propriétés abandonnées. Selon un reportage diffusé par la BBC plus de 10.000 étrangers, dont 5000 Britanniques, ont acheté des anciennes propriétés chypriotes grecques dans le nord de l’île, défini clairement comme territoire occupé.

C’est là, juridiquement, un cas plus pertinent “d’implantations en territoires occupés” que celles en Judée Samarie et cela pour les raisons suivantes :

– Israël a investi le territoire de Judée Samarie après une guerre d’autodéfense légitime durant la guerre des Six Jours de 1967, en revanche, la Turquie s’est lancée dans une guerre de conquête préméditée sans être confrontée à une menace quelconque de la part de Chypre.

– Rappelons aussi qu’il n’existait pas de souveraineté acquise en Judée et Samarie, ni un Etat palestinien.

– La revendication du royaume Hachémite à la souveraineté de ce territoire a été rejetée par la majorité écrasante de la communauté internationale à l’exception de la Grande Bretagne et du Pakistan. Par contre sous le Mandat britannique il a été accordé sur ce territoire au Peuple juif des droits qui n’ont jamais expirés.

– D’ailleurs les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations Unies dans les deux conflits sont bien différentes. Au lendemain de la Guerre des Six Jours, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 242 qui n’a pas appelé Israël à un retrait total de tous les territoires, tandis que dans le cas chypriote, les Nations Unies, comme mentionné plus haut, étaient catégoriques et ont exigé que l’armée turque quitte sans délai toute la partie envahie de l’île.

Et pourtant, l’Union européenne s’empresse de condamner Israël pour toute activité de construction en Judée et Samarie, mais ferme les yeux devant les dizaines de milliers de colons turcs installés au nord de Chypre et est même complaisante vis-à-vis de ses propres citoyens cherchant à construire des villas avec piscines dans un territoire qui est toujours sous occupation turque.

Les Européens jouent donc un double jeu flagrant. Ils s’empressent de condamner les Israéliens pour la construction d’habitations en Judée et Samarie, territoires disputés, mais ferment les yeux devant les activités des colons turcs au nord de Chypre, pourtant incontestablement territoire occupé, et témoignent même de complaisance pour les partenaires européens qui y acquièrent des résidences secondaires de vacance.

…N’est-ce pas là un double standard scandaleux, typique du manque d’objectivité européenne quant il s’agit d’Israël ?

Zvi Tenney

Leave a Reply

*