| More

Plusieurs manifestations sont organisées en Israël depuis le 14 juillet 2011 à Tel-Aviv et Jérusalem : des campeurs munis de tentes ont passé plusieurs nuits sur des places centrales des grandes métropoles. D’autres mouvements de protestation sont organisés à travers tout le pays.

Quelque 200 personnes ont manifesté hier contre les prix de l’immobilier place Habima à Tel-Aviv. Un autre rassemblement a également eu lieu place Zion à Jérusalem.

Les tentes de protestation du pays témoignent de la colère qui agite actuellement la jeunesse.

Les tentes du boulevard Rothschild à Tel Aviv ne se désemplissent pas. 8 nouvelles tentes dressées à Hadera ont été installées 1 août 2011.

Deux nouveaux villages de tente de protestation contre la cherté de l’immobilier ont poussé à Zikhron Yaacov et Horfish, attestant de la propagation de la contestation sociale en Israël.

“Même les missiles Grad du Hamas ne nous feront pas taire”, ont déclaré les militants de colère sociale qui ont installé des tentes à Ashkélon et Sdérot, à l’instar de celles de Tel Aviv et des autres villes du pays. “Nous avons de plus en plus de personnes installées dans des tentes, en dépit des tirs de missiles ou de Qassam”, ont indiqué les contestataires.

La contestation sociale passe à la phase active en Israël, avec l’organisation d’une grève initiée sur Facebook, en parallèle d’une grève des communes. Quelque 22.000 personnes se sont inscrites à la page Facebook, appelant à une grève pour durcir le mouvement de protestation contre le coût de la vie et la cherté de l’immobilier. L’initiateur de ce projet met en garde les patrons contre un licenciement des grévistes, les avertissant qu’ils auraient affaire à ”22.000 personnes”. Le prochain objectif des contestataires, évoqué sur le réseau social, est une ”marche du million”.

La contestation sociale se poursuit et les militants n’ont pas l’intention de se replier. Les activistes de la crise du logement à Jérusalem ont mis par écrit leurs revendications. Ils appellent le gouvernement à ”changer d’échelle de valeurs sociales et soutiennent qu’ils n’accepteront pas de politique économique agressive qui néglige les droits des citoyens”. Ils demandent notamment de réglementer la loi sur les logements abordables, et à changer les méthodes de vente de terrains au plus offrant.

Les activistes de la crise du logement, les organismes sociaux et les étudiants doivent se sont rencontré à Tel-Aviv pour dresser une liste de revendications qui sera présentée au Premier ministre. Ils devraient demander une baisse d’impôts indirects, une réduction de la TVA, un contrôle sur les loyers, et l’éducation gratuite à partir de 6 mois. En attendant sur le boulevard Rothschild, des dizaines d’étudiants ployant sous des meules de foin ont défilé, affirmant être ”les ânes du pays qui travaillent dur pour leur subsistance”. 150.000 personnes ont manifesté.

Quelque 200 autres manifestants se sont réunis au carrefour de Glilot, pour rejoindre la Samarie et appeler à encourager le peuplement des localités juives de la région, comme solution à la crise du logement dans le pays.

Les leaders de la contestation, qui se sont réunis ont exprimé leur vive opposition à la loi sur la construction adoptée à la Knesset en seconde et troisième lecture. La Knesset a adopté le 3 août en troisième lecture la loi controversée sur les commissions de logement national, qui devrait servir à accélérer la planification de l’habitat.

Les leaders du mouvement de contestation sociale, ont lancé jeudi un appel à une manifestation de masse samedi soir à Tel-Aviv, notamment afin de protester contre l’adoption par la Knesset de la loi sur le logement, vivement contestée par les protestataires.

Dix autocars sont prévus pour emmener les habitants de Haïfa qui souhaitent participer à la manifestation contre les prix du logement et le coût de la vie samedi soir à Tel-Aviv, a-t-on appris. Une nouvelle journée de mobilisation nationale est prévue ce dimanche pour dénoncer les prix des logements et le coût de la vie en général en Israël.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*