| More

Encore une nouvelle qui va faire grincer des dents les consommateurs israéliens : la compagnie d’Electricité a annoncé le rehaussement de ses tarifs de 20% à 30% en 2012 à cause d’une grave pénurie de gaz naturel, la source d’énergie utilisée pour le fonctionnement de ses centrales.

Les tarifs de l’électricité pour les particuliers a augmenté depuis le samedi, 31 mars 2012, de 8,3% en Israël, et se monteront à 59 agourot (centimes de shekels) le kiloWatt-heure. Depuis l’été dernier, c’est la 3e hausse successive de l’électricité qui a pris 24%.

L’Autorité de l’électricité compte augmenter de 35% encore ses tarifs, mais étalera la hausse sur 3 ans. Les raisons de cette augmentation : le manque de gaz naturel égyptien, les réserves de gaz israéliennes de la réserve Yam Tatis qui s’épuisent, et l’augmentation des prix du pétrole.

Le ministère de l’Energie et de l’Eau a annoncé jeudi une augmentation du prix de l’électricité dès le 1er avril 2012.

Le député Yoël Hasson (Kadima) a évoqué, le 6 mars 2012, à la Knesset, les augmentations successives du tarif de l’électricité durant cet hiver. “Cela fait 3 ans que nous alertons et dénonçons le coût de la vie dans tous les domaines, l’eau, l’électricité, l’essence, au supermarché, etc…”, a déclaré le jeune député tout en déchirant une facture de la compagnie d’électricité.

“Tout est beaucoup plus cher depuis que Netanyahu est devenu Premier ministre. Je lance un appel, depuis la Knesset, aux citoyens de” l’Etat d’Israël : l’Israélien moyen ne peut plus faire face au règlement de telles factures. Je les exhorte donc à déchirer les factures d’électricité”, a-t-il ajouté en incitant à la “révolte citoyenne”.

Une série de hausse des prix est entrée en vigueur déjà depuis le 1er janvier 2012 en Israël : les tarifs dans les transports publics urbains augmentent de 3%, ceux des billets de train de 2,7%, et le litre de super sans plomb 95 octanes est passé à 7,23 shekels à la pompe en self-service. L’eau n’est pas en reste : les agriculteurs la paieront désormais 25% plus cher, et les industries 15% de plus, ce qui permet de ne pas augmenter les tarifs de la consommation des particuliers, a indiqué l’Autorité en charge de l’eau.

Les Israéliens n’ont pas encore eu le temps de digérer la hausse des prix de l’essence, que les tarifs ont encore flamber le 1er mars 2012, sur fond de menaces d’embargo pétrolier contre l’Iran. Le litre d’essence a augmenté de 20 agourot supplémentaires, prenant ainsi près d’un demi-shekel en moins de 2 mois. La hausse des prix de l’essence a sérieusement entamé le pouvoir d’achat des israéliens cet hiver, mécontents de voir leurs revenus rester à la traîne.

Pour autant, le moral des ménages israéliens n’a pas été entamé. Les économistes relevaient que les israéliens avaient consommé avec entrain en ce début d’année, ce qui a favorisé la croissance du trimestre qui s’achève.

En dehors du prix de l’électricité et l’essence, un autre mouvement de protestation israélien s’amplifie sur Facebook : un groupe de consommateurs a repéré une barre chocolatée Pessek Zman vendue pour 69 cents (2,6 shekels) aux Etats-Unis, alors qu’en Israël elle ne vaut pas moins de 6,3 shekels ! La direction du groupe Strauss qui fabrique cette barre, a indiqué que tout est fait en Israël pour faire baisser les prix, mais les commerçants outre-atlantique décident souvent à l’approche de Pourim de faire profiter leurs clients de ”super-promotion” sur ce type de douceurs très prisées.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*