| More

Bien que les Etats-Unis aient annoncé ils apposeraient leur véto à la reconnaissance unilatérale d’un État palestinien lors du vote à venir au Conseil de sécurité, l’Autorité palestinienne a décidé l’envoi de diplomates dans les Etats membres du Conseil qui n’ont pas encore pris officiellement position.

Le ministre des Affaires étrangères palestinien, Riad Malki, a ainsi annoncé qu’il se rendrait personnellement en Bosnie Herzégovine, tandis que le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, se rendrait en Colombie et au Portugal au cours du mois d’octobre, dans un effort conjugué pour obtenir les neuf voix nécessaires au Conseil de sécurité.

D’après M. Malki, Mahmoud Abbas devrait également effectuer une visite au Honduras et en République dominicaine. Une allocution devant le parlement européen à Strasbourg est également prévue pour le 6 octobre. Selon lui, la Palestine disposerait déjà de huit des neuf voix dont elle a besoin pour la reconnaissance de l’Etat palestinien.

Washington pousse par contre les Etats membres du Conseil de sécurité de l’ONU à ne pas voter pour l’adhésion des Palestiniens. Nabil Shaath, responsable du Fatah, a déclaré ce samedi que les Etats-Unis poussaient actuellement les Etats membres du Conseil de sécurité de l’ONU à ne pas voter pour l’adhésion des Palestiniens aux Nations Unies afin d’éviter que Washington ne mette son veto.

Selon le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riad al-Malki, l’Autorité palestinienne a obtenu le soutien de huit pays pour vote à l’ONU pour l’adhésion de l’Etat de Palestine. Parmi eux figurent le Gabon et le Nigeria.

A Gaza par contre, le Premier ministre palestinien Ismael Haniyeh, a déclaré que son gouvernement soutenait l’établissement d’un Etat palestinien, mais pas en échange de la reconnaissance d’Israël ni du sacrifice de certains droits. “Le peuple palestinien a lutté pendant 60 ans pour libérer leur terre et il n’abandonnera pas ses droits, et surtout pas le droit au retour”, a-t-il affirmé.

Lors d’un colloque d’ecclésiastiques organiser le 26 septembre 2011 à Gaza, le Premier ministre du Hamas a critiqué la démarche du président de l’AP Mahmoud Abbas à l’Onu. ”Un Etat ne se crée pas par des résolutions onusiennes mais par la résistance, et le combat acharné. Nous libérerons d’abord nos terres avant de fonder un Etat”, a-t-il affirmé.

Le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal a déclaré ce samedi au cours d’une conférence à Téhéran que son mouvement poursuivrait sa résistance jusqu’à ce que “le régime sioniste soit vaincu”. “Nous espérons que les Etats arabes ont conscience qu’il n’y a pas d’autre solution à part poursuivre le chemin de la résistance”.

“Tout plan aboutissant à diviser la Palestine est inacceptable”, a soutenu ce samedi le leader suprême d’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, au cours de l’ouverture d’une conférence internationale sur la Palestine. “Tout plan qui prévoirait deux gouvernements ne serait qu’une acceptation d’un gouvernement sioniste sur la terre de la Palestine”, a-t-il ajouté.

L’Iran pense que le problème palestinien pourrait être résolu grâce à un réferendum, a déclaré ce samedi le leader suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. A l’ouverture d’une conférence soutenant une Intifada palestinienne, Khamenei a soutenu : “nous ne cherchons pas à jeter à la mer les immigrants juifs, nous proposons de faire un référendum chez les Palestiniens”.

Le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahu a commenté hier les propos tenus par le leader suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei. Ce dernier a soutenu que ces propos “haineux” focalisés sur la destruction d’Israël ne faisaient que conforter davantage la position du gouvernement à l’égard des besoins sécuritaires du pays.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*